Chantal Goya – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Chantal Goya – Interview

Étoiles

[Morceaux choisis]

Vous revenez au Zénith de Nancy avec votre dernier spectacle. Vous ne vous arrêtez jamais !

Oui… Je n’arrête pas parce que j’ai plein de gamins qui sont là. Il y a tellement de monde que je ne vais leur dire à tous, « vous savez, je vais arrêter » ! Ce n’est pas possible. J’ai un beau spectacle, je suis heureuse sur scène et tant que ça me fera plaisir d’amener du rêve et que les gens seront heureux, je continuerai. Le jour où je n’aurai plus cette envie et que les gens ne retrouveront plus leur Marie-Rose, j’arrêterai.

La scène semble être votre seconde maison…

Vous avez totalement raison, la scène, c’est effectivement ma seconde maison. C’est tellement vrai que lorsque je n’y suis pas, je tourne en rond ! Je m’ennuie, je ne sais pas quoi raconter aux gens. Ils sont dans une autre sphère. C’est sur scène que je communique bien.

Au fil des ans, vous êtes parvenue à rendre intemporels vos personnages…

Oui, ça fait partie de mon univers. Comme une fille sur scène a un personnage autre que dans la vie, tout ce qui est proche de moi dans mes spectacles devient, comme moi, intemporel finalement. En fin de compte, c’est ma façon d’être sur scène, de parler, de jouer, de chanter, d’être avec les personnes. Elles me disent « vous êtes toujours là, on a l’impression que vous faites partie de la famille. Finalement, c’est important que vous soyez encore là pour le côté transgénérationnel. On présente à nos enfants et petits-enfants tout ce que l’on a connu petit ».

You may also like