Alexandra Lamy – “Un film agréable à tourner”

✏️ Yannick VERNINI 27 août 2018
Alexandra Lamy – “Un film agréable à tourner”

Elle sera à l’UGC Ciné-Cité, à Ludres, et au Caméo, ce dimanche pour présenter, en avant-première, « Le Poulain », de Mathieu Sapin, qui sera également présent. Entretien avec la solaire Alexandra Lamy.

Pour faire ce film, Mathieu Sapin s’est immergé dans le monde politique, notamment durant la période de campagne. Comment avez-vous, de votre côté, appréhendé le rôle d’Agnès, directrice de campagne ?

Comme vous le dites, Mathieu connaît très bien son sujet puisqu’il a fait cette BD, « Le Château - Une année dans les coulisses de l’Élysée ». Du coup, il répondait à toutes nos questions, c’est très agréable d’avoir un réalisateur si pointu. Moi, je suis allée m’inspirer à droite, à gauche, de femmes politiques, de débats, de documentaires pour voir leur comportement, leur façon d’ affirmer les choses, la façon dont elles se tiennent… J’ai observé pas mal d’attachés de presse, aussi, avec ce côté « toujours au téléphone »…

Des attachés de presse qui possèdent une forme de pouvoir… On le voit lors de la scène de la visite de chantier où le dossier est préparé mais on s’aperçoit vite, comme souvent, que le candidat balance des banalités et enfonce des portes ouvertes…

Complètement ! Gilles Cohen est génial dans son rôle. C’était un film très agréable à tourner, Mathieu est apaisant et connaît très bien son sujet, sait exactement ce qu’il veut. Dans chaque plan, comme une BD, il est très précis. Pour mon personnage, je voulais qu’il ait une bouche très rouge. J’avais demandé à ma maquilleuse une bouche un peu gourmande d’abord parce qu’elle parle beaucoup et qu’elle est, quelque part, toujours dans la séduction. Le pouvoir séduit. Quand, au départ, Mathieu m’a proposé son film, je vous avoue que je me suis dit « oh là là, la politique c’est ennuyeux, on a ça tout le temps au JT de 20 heures, ce n’est pas très sexy ! »

Pour rester sur votre personnage il porte un nom pas évident : Karadzic !

(Rires) C’est vrai ! Je ne voulais pas que mon personnage soit tout le temps antipathique. Il faut aussi qu’elle soit attirante… Du coup, c’est plus pervers !

En parlant de perversité, la connivence entre certains médias et les politiques est mise en lumière… On retrouve ce jeu de poker menteur, de bluff…

Oui et c’est pour ça que j’aime beaucoup la précision de Mathieu Sapin. Il y a, évidemment, un jeu entre la presse et la politique… J’aime beaucoup les « je te rappelle » !

Pour revenir au casting, comment se sont passées les premières scènes avec Finnegan Oldfield, « Le Poulain », très juste dans son rôle ?

Finnegan, qui est formidable, faisait de la comédie pour la première fois. Comme on tournait à Montpellier et que l’on avait deux appartements côte à côte, le soir, on se faisait des petites lectures, on a travaillé ainsi ensemble, on s’est amusé, mais je ne voulais pas que l’on se voie trop avant. Comme il y a un petit jeu de séduction, je me disais « si on se connaît trop, on va se marrer et on va peut-être perdre un peu ça ». J’ai adoré travailler avec Finn.

Finnegan qui retrouve sur sa route, tout au long du film, sans prévenir, un génial Philippe Katerine !

Oh ouais, il est génial, il est drôle avec sa petite tête quand il apparaît dans le bus ! (rire) Il est incroyable ! Comme Gilles Cohen. Au final, on retrouve tout ce qu’il y a dans la politique, notamment l’importance de l’image qui prime !

C’est aussi un film saupoudré de quelques clins d’œil. À commencer par une femme comme présidente de la République…

C’est vrai et je trouve, au final, que le film est assez féminin. Le fait qu’une femme soit présidente est très moderne et original. En France, cela semble encore assez loin… On y arrivera peut-être…

On retrouve aussi un dépôt de gerbe sous des trombes d’eau qui ne sont pas sans rappeler les cérémonies pluvieuses de François Hollande…

C’est exactement, ça, il s’est inspiré de ces faits-là, oui.

Pour conclure, après le succès de « Tout le Monde debout », on vous retrouve une nouvelle fois à l’affiche… Avez-vous d’autres projets en vue ?

Oui ! Je viens de tourner, pour la troisième fois, un film avec Eric Lavaine, « Chamboule tout », aux côtés de José Garcia, Michaël Youn ou encore Anne Marivin… Le casting est super. C’est une comédie avec un fond dramatique, une histoire vraie d’une femme qui fait une dédicace, à Biarritz, pour so n livre dans lequel elle raconte toute sa vie… Tous ses copains sont là pour le lire et chacun retient sa partie à lui… Des tensions apparaissent, donnant ce fond dramatique à cette comédie qui sortira 24 avril prochain.

Crédits Photos : Cécile Mella

You may also like