Arthur H – Le soleil d’Arthur H

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Arthur H – Le soleil d’Arthur H

©Cédric Jacquot Étoiles

L’Autre Canal ne savait plus très bien où est-ce qu’il était, hier soir. A Nancy ? Dans l’Est ? Ou à l’Ouest ? Ce qui est le cas, « vu depuis la Bulgarie »… Des méandres de l’Ouest dans lesquels Arthur H a déballé son univers musical, parfois philosophique, intimiste, souvent joyeux voire optimiste. Comme une belle histoire passant par un éventail d’émotions titillant toutes les sensibilités. Surtout lorsque l’on s’évade de « L’Autre Côté de la Lune », ce « dark side of the moon » mis à la sauce Higelin qui sublime dans l’instant suivant «La Beauté de l’amour ». Lui, le généreux, le bienveillant avec sa « Ballade des Clandestins » entonnée avant une virée au Far West et ses westerns qu’Arthur H analysait, à l’époque, avec M, armés qu’ils étaient « d’amour et de courage » pour survivre dans ce « pays sauvage » ! « Est­ce que tu aimes ? » Cette question, l’assistance ne se la posait pas !

Beaucoup trop sensible à « La Lune », l’artiste revêtait ensuite son habit de lumière, une veste lumineuse, et allait passer sa « Dernière Nuit à New York City ». Avant de « naviguer en solitaire »… Il l’a dit, une fois encore, « Le Bonheur c’est l’eau » ! Ou une « danse avec Madonna » que « La Caissière du Super », qui bosse inlassablement pour les beaux yeux du boss, aurait adorée !

Complet et aérien, mais aussi « très terrien, sexuel et spirituel », le set livré par Arthur H était à l’image de cet artiste perpétuellement en mouvement, vivant l’instant présent. Comme lors de son rappel dans lequel il a repris, suite à une rencontre au catering dans la journée, « La Marée Haute », de Lhasa de Sela, à qui Arita rendra hommage le 9 avril prochain dans cette même salle…

Si les bourrasques, la grisaille et les averses plombent les journées, hier soir, à Nancy, le soleil était dedans !

 

You may also like