Brigitte – Interview

✏️ Yannick VERNINI 1 décembre 2015
Brigitte – Interview

©Benoît JulliardÉtoiles

[Morceaux choisis]

Nancy. Aurélie Saada et Sylvie Hoarau étaient en résidence à L’Autre Canal. Rencontre avec deux nanas qui savent ce qu’elles veulent !

Le grand public vous a découvertes sur le web, votre premier album a très vite marché… Comment a pris forme votre deuxième opus ?

Aurélie. En fait, le premier album n’a pas commencé avec des reprises. En fait, on a commencé à tourner avec nos morceaux et un jour, on a fait une reprise, comme c’est souvent le cas pour les premiers albums des groupes auxquels les médias demandent, en plus de ton titre, une reprise. Du coup, on s’est prêtées au jeu, parce qu’on est musiciennes et que dans notre premier album, il y avait une reprise, « Ma Benz », de NTM. Ça nous faisait marrer de la mettre parce qu’on avait rencontré Joey Starr lors d’un de nos tout premiers concerts. Il a trouvé ça super, il en a parlé à Kool Shen, c’était rigolo, ça les a fait sourire et c’est pour ça qu’on l’a mise sur l’album.

Et donc, ce deuxième album, comment se présente­ t­-il ?

Sylvie. Je pense qu’il est un peu plus rythmé, plus riche en arrangements et en orchestration que le précédent. Il y a un ensemble de cordes, des cuivres, on a un percussionniste, trois claviéristes différents pour des styles différents. Cet album est à la fois riche et généreux.

Cette densification était­-elle, au départ, une volonté ?

Aurélie. On essaie surtout de ne jamais faire la même chose, de se répéter. Et sur­ tout, je crois qu’on en avait envie. On avait envie d’écrire des arrangements de cordes… On avait ça dans la tête, c’était un vieux fantasme. On avait envie que ce soit généreux. Pour cet album­-là, on a monté notre propre label, on le produit entièrement et on l’a co-réalisé avec Marlon B. qui a le studio dans lequel on a fait le premier album. Du coup, puisqu’on était à la production et à la réalisation, on a eu envie de se donner les moyens de faire quelque chose dont on rêve en étant, par exemple, généreuses sur les cordes. Plutôt que d’aller à New York pour enregistrer l’album, on s’est dit, restons à la maison, avec la même équipe de départ mais on va travailler avec un orchestre de cordes, avec des cuivres, des flûtes…. Et l’écriture s’est hyper bien passée… C’était un peu angoissant de s’y remettre !

 

 

You may also like