Broken Back – Interview
Interview

Broken Back – Interview

« On en est à plus de 150 dates en un an ! »

Après une tournée mondiale, vous enchaînez les dates en France. Qu’avez-vous vécu dans ce tour du monde ?

C’était des concerts en Angleterre, en Allemagne, en Grèce, pour quelques-uns… Aux États-Unis aussi, en Italie puis en Belgique… Au final, ce qui m’a marqué, c’était de passer d’un continent virtuel, puisque tout a commencé sur Internet, au fait de vivre cette aventure, aller à la rencontre de ces gens physiquement qui me soutenaient en ligne. C’était vraiment cette volonté de passer à la scène qui a été, il y a deux ans maintenant, marquante. On en est à plus de 150 dates maintenant, une cinquantaine se profilent, dont l’Olympia le 8 décembre avant de faire un minibreak avant de repartir avec de nouvelles compositions…

On vous verra également sur de nombreux festivals…

Oui, effectivement. On sera présent sur 29 festivals cet été. On sera vraiment un peu partout en France. C’est une vraie volonté… C’est un projet qui se développe par le live et internet. Ce sont les deux vecteurs organiques de mon projet. C’est pour ça que j’avais à cœur de faire un maximum de festival cet été.

Pour ceux qui ne vous ont pas vu, que vont-ils voir sur scène ?

Je suis auteur, compositeur et interprète. En live, je suis accompagné de deux musiciens… Une formation à trois avec un show lumière et des décors.

Vous avez été longtemps convalescent suite au déplacement d’une vertèbre – c’est d’ailleurs de là que vient le nom Broken Back… Est-ce que c’est ce qui vous donne cette bougeotte ?

Oui, c’est peut-être un peu ça. C’est vraiment le point de départ, l’ADN du projet. Il faut que je fasse néanmoins attention, je peux me rebloquer de nouveau. Du coup, il est important de garder une hygiène de vie assez saine et de retourner chez l’ostéo régulièrement. Mais oui, ça a été un long moment introspectif qui m’a permis de faire un grand nombre de compositions et d’écriture. Et la tournée s’est nourrie de ça, cette volonté de voyager, de découvrir de nouveaux horizons, de partir à la rencontre des gens.

Vous évoquez l’écriture, vos morceaux racontent toujours une histoire…

J’y tiens beaucoup. Les thèmes importants dans l’album sont assez éclectiques. Certains parlent de l’enfance mais ça peut raconter une fable… Certaines chansons sont plus de l’ordre d’une réflexion, d’une introspection et peuvent traiter de la peur de ses démons, par exemple.

Des textes qui sont écrits en anglais… Un choix artistique ?

Plusieurs choses m’ont poussé à écrire en anglais. La première, c’est en effet un choix artistique. La sonorité de la langue conditionne la musicalité des choses. Je me sentais plus à l’aise dans l’anglais pour ça. C’est aussi un challenge, je ne suis pas bilingue. C’est une langue que je continue d’explorer au quotidien, c’est stimulant. L’autre raison, c’est aussi pour que les gens puissent s’approprier les textes de façon plus universelle, partout dans le monde…

Côté composition, si on ressent une dominante électro, on sent également que votre musique n’est pas cloisonnée… Comme si vous ne vous interdisiez rien…

En fait, le processus créatif est inverse. La partie électro arrive en dernier. C’est au moment de produire la chanson que le vêtement électro arrive. Du coup, il peut arriver plus ou moins. D’où des morceaux moins électro que d’autres. Mais au départ, c’est avant tout un piano-voix ou un guitare-voix et c’est autour de ça que je commence à tisser au moment de la production.

A 27 ans, comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

Je me suis fixé comme mission de continuer au maximum à écrire et à composer parce que j’en ai besoin. J’aime trop ça. La suite va donc être de nouvelles chansons qui vont arriver assez vite. Je ne sais sous quelle forme elles sortiront, si je les sors une à une ou alors dans un album… Avec cette volonté de ne pas trop faire de pause et de tourner un maximum… En faisant, malgré tout, un petit break. A moyen terme, deux trois albums sortiront et je me vois bien tripler le nombre de concerts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *