Bruno Berberes – Dénicheur de talents

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Bruno Berberes – Dénicheur de talents

© Patrice SaucourtÉtoiles

L’homme a du flair. Ce n’est pas nouveau et chaque nouvelle édition de The Voice le confirme. Tout comme les comédies musicales à succès. « Le Roi Soleil », « Mozart l’Opéra Rock », « 1789, Les Amants de la Bastille », « Autant en emporte le Vent » ou encore « Les Dix Commandements », le tableau de chasse est impressionnant. Bruno Berberes ne s’arrête jamais et bondit d’un projet à l’autre sans broncher. Ce qui le fait avancer ? La passion. Cette envie de dénicher un diamant encore à l’état brut pour le faire découvrir à la France entière.

Avant d’arpenter les plateaux télé et les salles de spectacle, le directeur de casting vient plusieurs fois par mois à la Music Academy International de Nancy où il dirige la Pop Academy. Véritable pépinière de talents qui travaillent intensément, dans les conditions du live, entourés de musiciens de haut vol. C’est là, qu’en septembre dernier, le célèbre casteur tombe en arrêt devant Lilian Renaud, l’ancien fromager de Mamirolle qui chantera en direct, samedi soir, sur TF1. Il n’aura fallu que cinq minutes avant que Bruno Berberes ne lui dise qu’il irait faire The Voice !

Mais pourquoi celui­-ci a opté pour l’école nancéienne, il y a dix ans ? « J’avais fait une masterclass. J’ai adoré l’endroit parce que les chanteurs n’ont qu’à traverser le couloir pour trouver entre 100 et 170 musiciens et que l’on interdit les bandes instrumentales. C’est la seule école en France où il y a une infrastructure où on pourrait se croire à Bourges, sur une scène ouverte. Quand ils sont formés ici, ils maîtrisent tout et ne sont pas effrayés lorsqu’ils arrivent sur une scène. Lorsque l’on fait l’évaluation, qui a lieu tous les trois mois, avec Alexandre Esteban et Merwan Rim, la seule question que l’on se pose, c’est ‘’j’achète ou je n’achète pas ?’’ »

Une question à laquelle répond favorablement le grand public. Mais quel est son secret ? « Lorsque j’arrive à la MAI, j’ai une vue panoramique. Je pense The Voice, je pense comédie musicale, mais je pense aussi scène pure avec son répertoire… Tout est lié de toute façon. En septembre, quand je m’assois, que je vois Lilian passer, évidemment je tombe amoureux, comme tout le monde. Faut être c… pour ne pas tomber amoureux de lui », explique Bruno Berberes. « On me dit ‘’t’es super doué de repérer Lilian’’. Non ! Je ne suis pas doué pour avoir détecté Lilian, Kendji… Peut-­être un peu plus doué pour Louane quand même, parce qu’elle n’a que 8 ans quand je la repère. Et les gens avec qui je travaille sont comme ça, ils tombent amoureux… Il ne faut pas heister à tomber amoureux ! On est des vrais cœurs d’artichauts. Quand je vois, en septembre, ce petit bonhomme, avec sa cas­quette, venant de sa montagne, il se met à chanter… J’envoie tout de suite un texto à la prod de The Voice, à Matthieu Grelier et Vincent Panozzo ! De plus, il a fait ses petites économies durant deux années pour entrer à l’école. Et ça, comme dirait Michel Berger, ça veut dire beaucoup ! Ce n’est pas un caprice, c’est très ancré. »

À Nancy, Bruno Berberes a trouvé sa place et intensifie ses interventions à la MAI depuis trois ans. « J’y ai trouvé ma place avec la professionnalisation. Je ne donne pas de cours, je déteste. Surtout des cours artistiques… Je sais le faire mais ça me gave. Je préfère venir plusieurs fois par mois et construire des univers, leur donner le matos pour qu’en sortant, ils puissent aller faire des scènes ouvertes. »

Véritable « filtre à sincérité », mais « pas toujours à fausses notes », le casteur n’a pas fini de détecter les phénomènes qui déferleront sur les ondes et dans les mois et les années qui viennent. La sincérité… « Le point commun de tous ces artistes. Kendji, c’est tellement authentique. Il est tout le temps dans ses arbres en train de chanter. Comme Lilian, Louane, qui est la même depuis toujours, les Fréro Delavéga qui sont toujours profs de gym, ou encore Stromae, Christophe Maé et Indila… Dès que c’est sincère et authentique, que ça vient du cœur, ça fonctionne parce que les gens comprennent. Ça dépasse la musique ! »

 

You may also like