Cats on Trees – Interview

✏️ Yannick VERNINI 2 décembre 2015
Cats on Trees – Interview

©Ana BloomÉtoiles

[Morceaux choisis]

L’un des groupe phare du moment fait étape sur Nancy Jazz Pulsations. Rencontre avec Yohan Hennequin.

Comment s’est passée la rencontre avec Nina Goern ?

On s’est retrouvé dans le cadre d’un premier projet, par l’intermédiaire d’une amie qui était chanteuse. C’est une rencontre humaine hyper-importante en fait. Avec Nina, on était un peu le miroir de l’autre. On se ressemble énormément. Nos personnalités, nos goûts, notamment pour la compo et la création… En fait, c’était une évidence de faire ce projet tous les deux. On a beaucoup de chance de s’être rencontré. Ça nous a permis de nous accomplir dans notre passion qui est la musique et que l’on avait depuis notre enfance.

Vous interprétez vos morceaux en anglais. Pourquoi ce choix ?

L’anglais, c’est venu assez naturellement. En écriture spontanée, c’est souvent des émotions qui sont proches de ce que l’on vit sur le moment, de ce qu’on a vécu récemment. Du coup, ça nous permet d’écrire spontanément des textes sur nos vies, nos expériences… Tout simplement. Après, on est très ouvert à l’écriture en français. On a déjà commencé à le faire et on joue un premier morceau en français sur scène… Une expérience que l’on va renouveler, je pense.

Au regard de votre parcours depuis 2007, vous avez construit patiemment votre carrière… Une carrière qui s’est emballée d’un coup. Comment avez-vous vécu cet engouement ?

Très sereinement parce qu’on est toujours resté dans la même dynamique de travail. On a toujours beaucoup composé, fait des concerts… Après, c’est vrai que l’on a toujours été très bien entouré depuis le début. On doit beaucoup à tous les gens qui nous ont accompagnés, qui nous ont construits, notamment le label Tôt ou Tard qui a toujours été bienveillant. Enfin, on a des vies assez simples, avec un socle solide à Toulouse, nos amis, nos familles… Ça nous permet de prendre tout ça avec beaucoup de plaisir.

 

You may also like