Chevallier et Laspalès – Chevallier et Laspalès dans un savoureux two-men-show

✏️ Yannick VERNINI 31 janvier 2016

©Cédric JacquotÉtoiles

Ils sont « comiques de père en fils ». Ils « sillonnent la planète depuis trente ans »… Et sont encore et toujours là avec cet humour qui n’a pas pris une ride depuis le Théâtre de Bouvard. Le talent, sans doute. Sûrement, même.

Cette écriture capable de faire rire tout un Zénith sans jamais être méchants. Avec « Vous reprendrez bien quelques sketches », Chevallier et Laspalès en ont une nouvelle fois fait démonstration ce jeudi soir, à Nancy, où ils ont d’abord « promené Popol » avant une consultation dans le cabinet du Docteur Chevallier préférant, pour venir à bout d’un cor au pied récalcitrant, amputer plutôt que de prescrire une pommade… Une pommade qui rend le pied gras et qui tache. Mais tous ces bobos s’envolent lorsque l’on devient porteur de ces sacrées cartes bancaires haut de gamme.

Ces « Black » qui ouvrent les portes de l’élite et qui offrent le privilège de découvrir les « balais » de l’opéra et surtout de payer les choses plus cher. Au passage, les députés aussi ont pris cher lorsque le duo se retrouve à la buvette de l’Assemblée et dont l’assiduité est discutable… Au point d’avoir loupé la « Valls » des Premiers ministres depuis deux ans.

Mais qu’importe, les petits-enfants peuvent voir pépé faire sa sieste. Quant au GPS indiquant les rues une fois celles-ci passées et imposant une bonne assurance… Il a ouvert la voie à un cours magistral sur la féminisation de langue française et ses aberrations qui n’a pas déplu au critique de cinéma Jules-Edouard Le Navet en extase devant ces « chefs-d’œuvre » d’auteur diffusés… Dans leur salon.

Un brin moqueurs, irrévérencieux à souhait, Chevallier et Laspalès, aux mimiques inimitables, ont fait tourner la mécanique du difficile exercice du two-men-show à plein régime, plus complémentaires que jamais… Comme eux seuls, finalement, savent le faire. Pourtant, y en a qui ont essayé !

You may also like