Daniel Guichard – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Daniel Guichard – Interview

©Mathieu CugnotÉtoiles

[Morceaux choisis]

Après les spectacles « isolés », vous revenez en tournée…

En fait, des spectacles isolés, j’en ai toujours fait. Là, je reviens avec le format d’une tournée, c’est structuré différemment. C’est mon fils qui gère ça. On fait en sorte de ne pas avoir des étapes trop longues, que tout soit calibré… La sono, les éclairages, le matériel, les structures hôtelières pour l’équipe de vingt-cinq personnes… C’est une prise de tête complète !

Malgré tout, est-ce format que vous appréciez ?

Ah oui ! Organisé comme ça, cela ne me pose pas de problème. Je monte et je trace !

Vous vous attaquez notamment à des Zénith… Des scènes que l’on ne fait pas tous les jours !

Non mais l’avantage ces salles est qu’elles sont configurables. On peut faire le plein quand on a un tube qui tourne et on va se manger 4.000 ou 5.000 places. Mais si ce n’est pas le cas, ces salles sont modulables à 1.500-1.800 personnes sans que l’on ait la sensation du vide. Il y a des salles qui sont fabuleuses mais vous y mettez 3.000 personnes, vous avez l’impression qu’il n’y a personne. Ces jauges modulables sont bien, déjà pour le spectateur. Certains artistes, économiquement, ce n’est pas toujours le top du top. Nous, on fonctionne entre 1.400 et 2.000 places. C’est déjà plutôt bien. Mais dans certaines salles, ça sonne creux ! Avec, à Nancy, un énorme avantage, on peut se garer !

You may also like