David Bàn – David Bàn l’insatiable

✏️ Yannick VERNINI 11 septembre 2016
David Bàn – David Bàn l’insatiable

©Twitter David BànÉtoiles

Meurthe-et-Mosellan, au fort caractère forgé dans le Pays Haut, David Bàn sera une des têtes d’affiche du spectacle phare de la rentrée : « Les Trois mousquetaires ».

A 42 ans, ce solide gaillard taillé dans le roc et au crâne lisse n’a pas chômé. Riche de cette fibre artistique qui le fait vibrer depuis son plus jeune âge. Natif de Briey (Meurthe-et-Moselle), David Bàn a connu ses premières émotions dans le dessin. « J’ai d’ailleurs fait des études pour ça. J’ai toujours été attiré par le milieu des arts même si devenir prof de sport ne m’aurait pas déplu non plus ! Mais j’ai finalement passé un bac arts plastiques à Bar-le-Duc (Meuse), avant d’intégrer la fac, à Nancy. À côté de ça, je jouais dans des groupes de musique… En fait, la musique m’a toujours accompagné et m’accompagne encore ! », souligne David Bàn qui a rapidement été séduit par l’univers des comédies musicales, comme « Starmania ». « Plutôt des comédies musicales viriles, avec des personnages forts où il y a ce mélange de chants, de voix, de combats… Où le corps est sollicité dans le spectacle… Loin des trucs comme ‘’ Chantons sous la pluie’’ ! »

Le coup de foudre musical est total. David lâche le dessin et son job d’infographiste dans une entreprise nancéienne. Et prend la route avec son groupe pour écumer les bals. « C’est une école forte, assez incroyable. On enchaîne les kilomètres, monte et démonte le matos et surtout, tu chantes de tout ! Ça m’a permis de travailler ma voix. Être ainsi confronté directement au public est un excellent exercice. » Ce virage conforte David Bàn dans ses choix. Il se tourne donc vers les comédies musicales, sans pour autant mettre en sourdine ses envies de composer et de créer. « Ce format, une fois que tu as le rôle, offre la possibilité d’en faire quelque chose, de se l’approprier. J’ai souvent des rôles forts, de grande gueule, d’épicurien… Comme Danton, dans ‘’ 1789, les Amants de la Bastille’’… Et cela me permet de poursuivre mes projets en solo… »

On est alors en 2003, le Briotin se retrouve à l’affiche des « Demoiselles de Rochefort » et enchaîne quatre-vingts dates au Palais des congrès de Paris. Remarqué par Bruno Berberes, le pape des directeurs de castings, il enchaîne, en 2005, avec « Sol en Cirque », puis, en 2008-2009, « Grease » pour laquelle il recevra un Marius pour son d’interprétation de Kenickie. « Hair », « Il était une fois Joe Dassin », et sa tournée mondiale et des plus belles salles de France, « La Clique », « 1789, les Amants de la Bastille » ou encore « Flashdance » en font un des piliers de la scène française…

Un film et la sortie d’un album

Tous ces grands projets lui laisseront le temps de tourner pour la télévision et de faire une parenthèse artistique assez inattendue avec « Avenue Q », spectacle pour lequel il s’est mué en marionnettiste, formé par Francois Guizerix, manipulateur des Guignols de l’info. « À chaque fois, mon objectif est d’envoyer du rêve, du plaisir… De prendre du plaisir, aussi… Il faut que l’événement soit communicatif. Quoi qu’il arrive, c’est beaucoup de travail et à chaque fois, les rencontres ont leur importance… » Et celle avec Bruno Berberes s’avérera une nouvelle fois décisive… « C’est lui qui m’a appelé pour ‘’ Les 3 Mousquetaires’’. J’ai eu le rôle de Porthos en une journée, c’était incroyable ! » À ses côtés, il retrouve d’autres pointures comme Brahim Zaibat, Damien Sargue et Olivier Dion… Que du lourd. Tous sont immergés dans la dernière création pharaonique produite par Gilbert Coullier depuis un an et demi. « Nous avons monté la moitié du spectacle… On attaque la dernière ligne droite avant la première programmée le 29 septembre, au Palais des sports de Paris. Le casting est incroyable et fonctionne bien. C’est un spectacle très physique. On a été formé à l’escrime… On a l’impression d’être dans une cour de récré où l’on se bastonne… C’est génial ! Que ce soit le casting, la production, la technique, les costumes… Sur ce spectacle, on a le top du top, les moyens sont colossaux, c’est assez incroyable. Oui, il y a le côté commercial, bien sûr, mais ‘’ Les 3 Mousquetaires’’, ça raconte aussi une histoire », s’enthousiasme un David Bàn qui, parallèlement, apparaîtra au casting du prochain film de Tarek Boudali « Mariage (blanc) pour tous » et a bouclé le financement de son album. « Il est prêt, enfin ! » Pas un aboutissement pour David Bàn, lui qui ne se fixe jamais d’objectif. « Se fixer un but fait que l’on passe à côté de jolies choses… On ne s’en rend pas compte. Moi, tout ce que je fais, toutes les rencontres, je le vis à fond et le prends comme la cerise sur le gâteau ! » Musique, comédie musicale, cinéma, télévision, l’insatiable colosse du Pays Haut n’a pas fini de surprendre… Et c’est tant mieux !

www.davidban.com

Étoiles

Galaxie d’Amnéville – 11 mars 2017 – 15h30 & 21h00

Zénith de Strasbourg – 18 mars 2017 – 15h30 & 21h00

You may also like