Flashdance – Flashdance mène la danse

✏️ Yannick VERNINI 9 mai 2016

©Pierre MathisÉtoiles

Dans la déferlante de comédies musicales qui inonde l’Hexagone, il est parfois bien compliqué de faire son choix. Et difficile d’y retrouver ses petits. Fresques historiques, adaptation d’une œuvre littéraire, musicale ou encore cinématographique, tout y passe. Sans forcément être lisible. Du coup, rien de tel qu’un succès ayant su traverser les décennies. Comme le film « Flashdance »… Pour ses 30 ans, le succès planétaire a été porté sur scène. La comédie musicale était de passage ce jeudi soir, au Zénith de Nancy avec une trentaine d’artistes qui ont ainsi fait revivre les aventures d’Alex. La jolie soudeuse de Pittsburgh, un brin bonhomme, très à l’aise dans ce milieu de la sidérurgie où la testostérone est en fusion perpétuelle. Elle qui nourrit secrètement un rêve… Vivre de sa passion, sa raison d’être, la danse. Cet art qu’elle exerce les soirs, après sa journée de travail, au Harry’s Bar, pour une poignée de dollars. Avant, finalement, de se lancer en s’inscrivant pour une audition pour intégrer la prestigieuse Shipley Academy… Très à l’aise dans l’exercice, Priscilla Betti a mené ses troupes durant 2 h 30 de show. Un spectacle à la bande-son dépoussiérée, en français, jouant avec des décors, sur deux niveaux, projetés et apprivoisés par des danseurs enchaînant les chorégraphies nerveuses.. Notamment sur les tubes qui ont fait plusieurs fois le tour de la Terre. « What a Feeling », « Maniac », « Here and Now » ou encore « Fresh », de Kool and the Gang, et « I Love Rock’n’Roll », de Joan Jett, ont soutenu une mise en scène vitaminée, un rien vintage, histoire de coller au plus près de l’œuvre originale.

 

You may also like