HF Thiéfaine – Thiéfaine le perfectionniste

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
HF Thiéfaine – Thiéfaine le perfectionniste

© Patrice SaucourtÉtoiles

 

Des années qu’il tourne. Et pourtant, le temps n’a pas entamé son impatience lorsqu’il s’agit de repartir en tournée et de monter sur scène. Une scène qu’il partage avec sa « famille… Une institution, en fait, qui essaie de sortir du côté austère et disciplinaire que cela implique!»

Ces confidences, Hubert­ Félix Thiéfaine les a faites ce jeudi après­midi, quelques minutes avant l’ultime filage du concert qu’il présentera ce vendredi soir, au Zénith, au public nancéien.

Arrivées mercredi, toutes les équipes n’ont pas chômé et se sont mises rapidement au boulot. « Cet été, nous avons tourné, dans les festivals, avec un show de 60 à 75 minutes. Nous avons donc entrepris un premier travail musical puisqu’il s’agit de se remettre sur le spectacle d’avril. Il faut que l’on soit tous en osmose, que ce soit avec les équipes techniques, l’éclairage et les décors. Il y a des nouveautés à installer. De plus, sur les festivals, on ne joue pas avec notre sono et avec nos lumières », détaille, en loge, le Franc­Comtois, devant une assiette de fruits secs, alors qu’il s’apprête à rejoindre ses camarades de jeu avec lesquels il tourne depuis plus de 15 ans. « Chacun sait ce qu’il a à faire, je leur fais une confiance aveugle ! »

Idem pour son fils, Lucas, à la guitare… Celui qui chantait « La Fille du Coupeur de Joints » lorsqu’il allait à l’école… Ce jeudi, il était dans les starting­blocks. Les dernières balances faites, le patron, un foulard noir autour du cou, prenait alors possession des lieux et envoyait deux premiers morceaux afin d’ajuster au plus près les derniers réglages.

Les techniciens, frontales allumées, branchaient les derniers câbles. Ultimes échanges et clins d’œil, le Zénith était plongé dans le noir. Le filage pouvait commencer. Une répétition grandeur nature du show qu’Hubert­-Félix Thiéfaine, à l’affût du moindre détail, présentera ce vendredi soir.

Au menu, vingt­quatre morceaux issus de son dernier album « La Stratégie de l’Inespoir » mais aussi d’une incroyable discographie. « On va également jouer des reprises incontournables mais avec les sonorités du dernier album qui a reçu un bon accueil… Sans oublier quelques morceaux que je n’ai rarement, voire jamais, joués en concert… »

La surprise restera bien gardée… Réponse ce ven­dredi soir lors de l‘étape nancéienne du VIXI Tour XVII.

 

You may also like