Hyphen Hyphen – “Chaque concert, un moment où l’on se donne plus que jamais”

✏️ Yannick VERNINI 25 février 2019
Hyphen Hyphen – “Chaque concert, un moment où l’on se donne plus que jamais”

Avec votre tournée marathon, vous êtes de passage à Nancy. Où allez-vous chercher toute cette énergie que vous envoyez sur scène ?

En fait, je n’arrive jamais vraiment à répondre à cette question. Je ne sais pas, peut-être la rage qui est en nous… Le fait que l’on ait envie d’avancer et de propager ce feu le plus loin possible.

Des « ingrédients » détonants nourrissant également vos albums…

Oui, bien sûr. Avec Hyphen Hyphen, nous racontons notre quotidien, cette jeunesse perdue mais qui a quand même envie de faire avancer les choses. Ils seront les leaders de demain. On a envie de faire avancer les choses, de retrouver la bienveillance que l’on perd.

Cela traduit-il une envie d’envoyer une énergie positive lorsque vous êtes sur scène ?

Je ne dirais pas positive mais plutôt un état de grâce… Lorsque l’on arrive à s’oublier ensemble sur scène.

A 24 ans, tout s’est enchaîné avec des tournées multipliant les dates et des récompenses comme la Victoire de la Musique « Artiste révélation scène » de l’année 2016. Qu’est-ce que cela fait lorsque l’on a cette reconnaissance ?

C’est un honneur et aussi le lancement du projet. On était au début d’Hyphen Hyphen. Le grand public nous a aussi découverts grâce à cette prestation. On est flattés et c’est, pour nous, une belle étape dans nos carrières. On en a un souvenir très agréable. Maintenant, la conquête continue, les dates sont quasiment toutes complètes, on est vraiment ravis de tout ce qui nous arrive.

Une conquête dépassant les frontières françaises… Préparez-vous les shows de la même façon ?

Oui, c’est l’objectif 2019. On a toujours eu une ambition internationale. Je pense que l’on a composé cet album en s’y préparant, en ayant des productions qui n’avaient pas à pâlir face aux productions anglaises et américaines. C’est un album qui nous a préparés à sortir des frontières françaises. Je pense que l’on se prépare en France parce que c’est notre public et c’est où l’on vit mais l’objectif est de se produire en Europe et de rencontrer de nouvelles personnes.

Il y a aussi un Zénith de Paris, le 14 juin, qui se profile. Y aura-t-il une tournée des Zénith ?

Là, la plupart du temps, en province, on est déjà dans des grandes salles de 2.000-3.000 personnes. Mais je préfère les salles aux Zénith qui sont souvent assez froids. Mais oui, j’espère qu’il y aura une tournée des Zénith à venir mais l’objectif étant international, on va surtout mettre nos énergies à partir hors de nos frontières. Je pense à l’Allemagne, qui est un territoire intéressant pour notre musique ou encore l’Angleterre.

Avez-vous conscience que chaque annonce d’une de vos dates, cela devient un événement ?

Je n’en ai pas forcément conscience sinon cela mettrait trop de stress. On essaie de faire plus qu’un concert, c’est vrai que l’on essaie de créer un événement pour nous. Chaque concert est un événement où l’on se donne plus que jamais, parfois au-delà ! C’est le plus beau compliment que l’on puisse nous faire !

Crédits Photos : Manu Fauque

You may also like