Ibeyi – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Ibeyi – Interview

©Flavien PrioreauÉtoiles

[Morceaux choisis]

Avec votre sœur Naomi, vous formez donc le duo Ibeyi. Vous avez des influences plutôt soul, votre sœur plutôt hip-hop. Peut-on présenter votre duo comme le mariage de la soul et du hip-hop ?

C’est vrai que la soul et le hip-hop sont deux de nos grandes influences. On adore mélanger les cultures… Nous sommes un mélange de cultures ! Notre musique est le reflet de ce que l’on est.

Une culture qui vous vient, notamment, de votre père qui était percussionniste. Un héritage que l’on retrouve dans votre album. Etait-ce important, pour vous, de l’entretenir ?

S’agissant des percussions, Naomi en parlerait mieux que moi, c’est elle la percussionniste. Elle joue du cajon et des tambours bata. Mais en effet, la percussion, c’est un héritage que nous avons. Et les rythmes que nous jouons sont, pour la plupart, des rythmes yorubas, même s’il y a aussi des rythmes hip-hop. Le tambour bata vient de la culture yoruba et le cajon, notre père en jouait. Il avait envie de se spécialiser un peu plus, il n’a malheureusement pas eu le temps de le faire. Du coup, Naomi a repris le flambeau.

Avec votre premier album « Ibeyi », le succès est arrivé rapidement. Qu’est-ce que cela vous fait lorsque l’on vous présente comme le nouveau phénomène de soul ?

Ça fait plaisir de se dire que l’on apporte une nouvelle vague, quelque chose un peu différent.

You may also like