Johnny Hallyday – Le retour du patron

✏️ Yannick VERNINI 1 mars 2016

©Alexandre MarchiÉtoiles

Qu’on le veuille ou non, la venue de l’idole des jeunes reste un événement, quoi qu’on en dise. Dans le Nord-Est, en novembre, Johnny Hallyday a sans problème plié quatre dates – deux à Strasbourg, deux à Amnéville. De quoi donner des idées à la production en bookant un troisième concert en Lorraine, hier soir. A Nancy, cette fois, dans la fournaise d’un Zénith où les fans ont fait monter un mercure tutoyant pourtant déjà des sommets !

Une température que Johnny allait maintenir à son plus haut avec « Rester Vivant »… Le patron – affûté comme aux premiers jours, pantalon en cuir, lunettes de soleil sur le nez – remettait ainsi sa tournée en lançant sa machine de guerre et en sortant triomphalement d’une tête de mort géante… « Noir c’est Noir »… Mais il y avait encore et toujours de l’espoir, alors que son « Requiem pour un Fou » faisait frissonner les travées de la salle nancéienne avant que le rockeur nous rappelle qu’il avait « Pleuré sur sa Guitare », non loin d’un certain « Café de l’Avenir »… Quant à sa « Jolie Sarah », tout comme l’indomptable « Gabrielle » d’ailleurs, c’est Greg Zlap, et son harmonica diabolique, qui a fait rugir ce qu’elles avaient en elles « de Tennessee ».

Démesure

L’hommage à Michel Berger était, une fois encore, vibrant. Johnny pouvait distribuer « De l’Amour », escorté de près pour son « groupe », avant de se rappeler au bon souvenir de « La Fille de l’Eté Dernier ». Dans la foulée, le rockabilly retrouvait ses lettres de noblesses sur « Mystery Train » et sur le planétaire « Blue Suede Shoes ». « L’Envie » était toujours là mais le boss laissait les clefs à ses puissants choristes… « Le Fils de Personne » prenait alors la direction du célèbre « Pénitencier » dans lequel il y a toujours un « Cœur qui bat » pour les autres. Et il s’est mis à battre encore plus vite au moment où Johnny Hallyday reprenait « L’Idole des Jeunes », « Seul » ou encore « Que je t’aime »… Avant, évidemment, « d’Allumer le feu » pour enflammer un rappel ouvert avec « Toute la Musique que j’aime ».

Une ultime salve rappelant que Johnny, récompensé lors des dernières Victoires de la Musique pour son album réalisé par Yodelice, restait bien le patron. Un répertoire unique, des shows à la démesure de l’artiste, des fans suspendus aux moindres de ses faits et gestes… Johnny Hallyday a fait vibrer un Zénith de Nancy qui en aurait bien repris un peu !

You may also like