Juliette Armanet envoûte le NJP

✏️ Yannick VERNINI 31 octobre 2017
Juliette Armanet envoûte le NJP

Final en beauté pour Nancy Jazz Pulsations dans un Chapiteau à guichets fermés avec Ayo et Juliette Armanet qui ont envoûté le public.

Superbe final, ce samedi, pour Nancy Jazz Pulsations avec un Chapiteau comble. Il faut dire que l’affiche avait de quoi attirer les foules avec Calypso Rose en clôture. Avant elle, Juliette Armanet et Ayo ont ouvert la voie. Cette dernière, drapée de rose, a réchauffé les cœurs et a eu vite fait de faire oublier les seaux d’eau qui se déversaient à l’extérieur. Guitare en bandoulière, chapeau vissé sur cette tête au visage rayonnant, Ayo a déroulé sa pop colorée et chaleureuse. « I’m Walking » donnait le cap et « I am not Afraid » faisait monter d’un cran la température. « Who », « All I Want » ou encore « Down on my Knees », l’assistance, sous le charme, n’a pas boudé son plaisir.

Des ondes positives reçues comme un cadeau par Juliette Armanet qui n’a pas manqué d’envoyer et partager les siennes. Elle, que l’on présente comme la nouvelle reine de la variété, que certains comparent, parfois, à Véronique Sanson. Surtout, cette artiste complète n’a pas besoin de point de comparaison. Juliette Armanet poursuit son ascension et a finalement laissé un temps ses sets en piano-voix pour s’entourer de musiciens donnant encore plus de puissance à des textes où la métaphore et le second degré font décidément bon ménage. Et celle qui dit « Manquer d’amour » en a reçu du public nancéien. Un instant de grâce immortalisé telle une « Carte Postale »… Sans « Indien », certes, ni « Star Triste »… Juliette Armanet a fait « Cavalier Seule » et mis les poils à une assistance attendant « L’Amour en Solitaire »… « L’accident », repris en piano-voix, prenait aux tripes et « Alexandre » permettait à un… Alexandre du public de monter sur scène pour un instant inoubliable. Et alors que l’artiste offrait « Loulou », un de ses nouveaux morceaux, Juliette Armanet faisait entrer ce « Samedi Soir dans l’Histoire ». L’instant était magique… Calypso Rose pouvait tirer le bouquet final !

 

📷 : Patrice Saucourt

À LIRE ÉGALEMENT : L’INTERVIEW

You may also like

Laisse un message