Kendji Girac – Kendji le flamboyant dans un Zénith hystérique

✏️ Yannick VERNINI 2 avril 2016

©Alexandre MarchiÉtoiles

Après un tour de chauffe dans les clubs qui a fait exploser la jauge de L’Autre Canal au printemps dernier, Kendji s’attaque aux grandes salles. A commencer par le Zénith de Nancy, au taquet, ce vendredi soir, pour la venue du vainqueur de la saison 3 de The Voice. Une période récente… Mais qui semble si loin tant l’artiste a fait du chemin. Un périple qui, certes, l’a un peu mis à toutes les sauces, mais au final, Kendji revient à chaque fois là où il se sent le mieux… Là où il se sent chez lui… Cette scène qu’il n’a aucun mal à dompter, aussi démesurée soit-elle. L’écran tapissant la totalité du fond de scène, devant lequel une guitare géante semblait couler des jours heureux, a, d’entrée, annoncé la couleur. Les jeux de lumières ont rehaussé le tout… La générosité et le talent naturel ont fait le reste.

Perfecto sur le dos, santiags aux pieds, sourire ravageur, Kendji Girac envoyait « Conmigo » dans l’hystérie générale, devant une fosse éclairée par les smartphones en surchauffe. Lui, pendant ce temps-là, restait « Cool, cool, cool » et maintenait le cap jusqu’au moment où sa belle « Andalouse » a fait monter d’un cran le mercure. Et si Kendji se demande, comme beaucoup d’ailleurs, « Où va le monde », son monde à lui a illuminé la salle nancéienne avec laquelle il a « pu tout se dire ». Comme avec cette « Mamma » aux jolis yeux, en fait, qui compte tant pour celui qui porte haut et fièrement ses racines lorsqu’il se saisit de cette guitare qui n’est jamais bien loin… Notamment sur « Color Gitano » qui enflammait le Zénith avant le rappel rendant hommage à cette inconnue qui « l’a aimé » de tout son amour… De tout son cœur, alors qu’il n’était rien, lui, le crooner flamboyant.

Facilement catalogué dans un répertoire musical estampillé « Ados », qu’on le veuille ou non, la réalité et l’arithmétique s’imposent. Dans les travées du Zénith, si les adolescents étaient effectivement venus en nombre, leurs aînés n’ont pas boudé leur plaisir durant plus d’une heure et demie de fête totale.

You may also like