Kikesa – “Je vis un rêve de gosse”

✏️ Yannick VERNINI 10 août 2018
Kikesa – “Je vis un rêve de gosse”

Entretien avec le Nancéien Kikesa, « Nouvel Hippie », qui vit son rêve, sans se prendre la tête.

Ta dernière venue à Nancy remonte à juillet au Zénith pour la première partie d’Orelsan… Et tu achevais ton contrat de comptable

Ça y est, je ne suis plus comptable, c’est terminé !

Entre-temps, tout s’est accéléré, tu as notamment signé chez Yuma Productions et la musique est réellement devenue ton métier…

C’est ça. On est depuis une semaine, en résidence tous les jours. On a un rythme infernal, c’est dur physiquement mais c’est ce qu’on aime. Du coup, c’est plus agréable !

Faire partie d’une telle structure doit t’apporter de la sérénité…

Oui, c’est un confort incroyable et le son de L’Autre Canal est fantastique. Je vis un rêve de gosse. Hier, je regardais la scène et je me rappelais le temps où j’étais gamin et je me disais « je rêve de faire ça un jour »… Là, ce que j’ai vu est exactement ce dont j’ai rêvé, c’est fou !

Et tu joues à domicile pour cette date !

Carrément ! On joue à la maison, durant une heure. On va faire un vrai live, on a préparé un nouveau spectacle avec des light, notre propre scénographie et de nouveaux arrangements des morceaux.

Toi, le Nancéien, si l’on t’avait dit, qu’un jour, tu jouerais, en tête d’affiche, ta musique à NJP, comment aurais-tu réagi ?

J’avais déjà joué avec mon ancien groupe mais pas en tête d’affiche à L’Autre Canal, c’est vraiment incroyable. En plus, on sera en co-plateau avec Kekra !

Avec Kekra, certes, mais beaucoup de gens vont venir pour toi !

C’est vrai, beaucoup de gens vont venir me voir et c’est vraiment cool. On a travaillé pendant une semaine le nouveau spectacle. Ce sera la première fois qu’on le montre au public. Du coup, c’est encore plus fort pour nous le montrer à Nancy, à la maison… Et tous nos amis seront là. Mais c’est vrai, c’est une ascension fulgurante, encore plus vu de l’extérieur.

Dans ce tourbillon, as-tu encore le temps de composer, d’écrire ?

Chaque semaine, oui. Là, on doit faire celui de dimanche. Ce week-end, on ne pourra pas !

Trouves-tu le temps de t’accorder un peu de répit ?

Non, j’aimerais tellement pouvoir… En fait non, je ne sais pas si j’aimerais pouvoir me reposer… C’est génial, on fait tout ce qu’on aime, on ne peut pas se plaindre. Oui, on est tous fatigués mais c’est positif, c’est une très bonne fatigue. On s’est battu pour l’avoir.

Crédits Photos : Pierre Mathis

 

You may also like