Kyan Khojandi – Interview

✏️ Yannick VERNINI 29 novembre 2016
Kyan Khojandi – Interview

Étoiles

Vous venez à Nancy avec votre dernier one-man-show… Vous revenez à vos premières amours !

Oui carrément ! J’ai commencé par le stand-up il y a 10-12 ans ? Mon premier spectacle, je l’ai joué, en quatre ans, devant 900 personnes… ça fait très peu de gens !

Comment celui-ci a pris forme ?

Après « Bref », j’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi, de réfléchir ce que je voulais en faire, raconter… Et je voulais reprendre la scène. J’ai pris du temps, auprès de ma famille, de mes proches, mon co-auteur. Pendant trois ans, j’ai écrit ce spectacle dans l’ombre, dans les petites salles parisiennes, à tester sur les Parisiens des 5-10 minutes… Des petits sketchs assemblés petit à petit et à force, ça a commencé à prendre forme, « Pulsions » est né. Après je suis parti en tournée.

Vous avez mis dans « Bref » vos doutes, vos angoisses, vos fantasmes… Est-ce que « Pulsions » est dans la même veine ?

Naturellement. Je vais plus loin dans l’intimité. Je parle des Pulsions. Ça laisse la place à beaucoup de choses assez marrantes, la pulsion étant très taboue. Il y a une vraie contradiction entre ce qu’on veut être et ce que l’on ressent. C’est un bon terreau pour la comédie.

Est-ce que « Bref » était prenant et exigeant au quotidien ?

Exigeant, oui, prenant aussi mais c’est une chance de faire ce que l’on aime, sans contraintes. On voulait mener l’histoire jusqu’au bout et on l’a fait !

Vous êtes également passé par le conservatoire. Où en êtes-vous avec la musique ?

J’ai toujours mon alto avec moi, j’écoute énormément de musique. J’ai composé pas mal de musique, j’ai écrit des chansons avec mon pote Oldelaf… ça fait toujours partie de ma vie.

On vous a vu faire de nombreuses apparitions au cinéma, notamment dans le film du Palmashow. Est-ce que l’écriture et la réalisation d’un film vous tentent ?

Ça me ferait plaisir, c’est sûr ! ça me tente énormément… « Bref », c’est 82 court-métrages.

Pour revenir à votre spectacle, quel accueil lui est réservé par le public ?

C’est vraiment super. J’ai beaucoup de chance, les gens sont au rendez-vous, on passe un bon moment. Les gens me disent on est venu voir le mec de « Bref » et maintenant on connaît Kyan Khojandi. Ça me touche encore plus. En fait, j’ai une belle étiquette avec « Bref ». L’étiquette de quelqu’un qui peut que surprendre.

Quelqu’un en qui on peut facilement se reconnaître…

Je parle toujours de choses très proches de ce qui m’est arrivé. Ce sont des histoires vraies… Avec « Pulstions » comme avec « Bref », je ne m’attendais pas à cet accueil. Là, sur scène, il y a des choses plus profondes, plus touchantes… J’aime jouer avec ça. Là, il n’y a pas de filtre, c’est très surprenant. Ça a été beaucoup travaillé en amont, Nancy sera ma 135e date. Ceux qui ont aimé « Bref » aimeront « Pulsions », ce sont les deux mêmes auteurs.

You may also like

Laisse un message