Calypso Rose, la plus belle Rose de la Pép’

✏️ Yannick VERNINI 25 octobre 2016
Calypso Rose, la plus belle Rose de la Pép’

©Fred Marvaux

Étoiles

Depuis plus d’un demi-siècle, Calypso Rose, brillant de mille feux, dispense sa bonne humeur, sa joie de vivre, elle qui a vu le jour à Trinité-et-Tobago. A son actif, plus de huit cents morceaux et vingt albums enregistrés, dont le dernier portant la patte de Manu Chao.

Navigant entre musique de carnaval, ska ou encore mento jamaïcain, Calypso Rose a enchanté le Chapiteau de la Pépinière avec sa voix chaleureuse et son indéfectible sourire. Et ses 70 printemps et quelques poussières n’ont en rien entamé sa joie d’être sous le feu des projecteurs, elle qui est l’une des dernières légendes du calypso. Au contraire, on aurait cru une jeune première. Le voyage débutait par « I Am African », tel un hymne alors que « Zoom Zoom » et « No Madame » faisaient danser une assistance ne tenant plus en place et avec laquelle l’artiste n’a cessé d’échanger, même au moment de « Leave me Alone »… Pas question Madame ! Elle qui offrait une nouvelle fois une virée africaine avec « Back to Africa »… Avant de s’éclipser quelques minutes, laissant les clefs de la boutique à ce band puissant, prenant toujours autant de plaisir à l’accompagner. Et ce, où qu’elle aille ! « Israel by Bus » l’emmenait « Far from Home »… Loin de la maison, elle l’était, assurément… Mais la Pépinière, avec sa magnifique roseraie, trouvait là sa plus belle ambassadrice. Calypso Rose était comme à la maison et a dispensé, sans compter, ses ondes positives avec, en final, « Abatina », « Fire in me Wire », « Gimme me more tempo » et « Wah Fu dance ». Ponctuant un set généreux, lumineux… Qui a réchauffé les milliers de cœurs du Nancy Jazz Pulsations.

You may also like