Le Zénith résiste à System of a Down
Live Report

Le Zénith résiste à System of a Down

Ce mercredi soir, SOAD a envoyé du lourd… Du très lourd même dans l’Amphithéâtre du Zénith devant 23.000 fans en folie qui attendaient le retour des Américains à Nancy depuis 2002.

 Certains n’avaient pas foulé le sol de l’Amphithéâtre du Zénith depuis un triste soir de finale de l’Euro 2016. Pour d’autres, souvent plus chevelus, leur venue datait de juillet 2013 à l’occasion du concert de Rammstein.

Ce mercredi, la transhumance des métalleux a commencé tôt, très tôt, même, pour certains, histoire d’assurer leur place contre les crash barrières, au pied du la gigantesque scène installée en contrebas de l’Amphithéâtre et annonçant la couleur. System of a Down allait envoyer de lourd. Et ce, devant 23.000 personnes venues de tout le grand quart nord-est de l’Hexagone mais aussi des pays limitrophes. Des jauges comme on les aime au Zénith qui, aux alentours de 21 h 15, a vu sa tension artérielle monter en flèche.

Les enceintes crachaient les premiers accords furieux de la bande à Serj Tankian. Dans leurs sillages, les premiers slameurs étaient évacués par la sécurité. Avant de retourner dans l’arène, histoire d’en remettre une couche durant plus d’une heure et demie. Dans les gradins, les crêtes étaient de sortie… Et la créativité aussi, certains arborant fièrement un « SOAD » de chaque côté du crâne une fois la tondeuse passée !

Inclassables

Sur scène, System of a Down déroulait. En fond, l’écran balançait des images à la vitesse de la lumière… Deux bonnes sœurs s’embrassaient goulûment alors avant qu’un phare n’indique le cap à suivre. Alternant les riffs rageurs avec des passages plus calmes… Avant d’envoyer du gros son à décoiffer plus d’un chauve et à faire tourner plus d’une tignasse ! SOAD passait en revue son répertoire, allait piocher dans ses morceaux les plus anciens. « Needles » et « Mister Jack » jouaient des coudes… « Lonely » calmait les esprits… Pour quelques minutes avant que « Kill Rock’n’roll » ne remette le feu dans une fosse bouillante, en mouvement perpétuel, en demandant toujours plus « Honey » ou encore « Cigaro » les calmaient à peine, ponctuant un set tonitruant et loin d’être bourrin !

Rock progressif, métal, rock expérimental, rock alternatif… Nombreux sont ceux qui ont essayé de mettre dans une case System of a Down. Les Américains sont définitivement inclassables ! Ce qui explique ce succès que personne n’a vu arriver il y a déjà plus de 20 ans. Un groupe à la mesure de l’Amphithéâtre du Zénith de Nancy qui attend avec impatience le retour des Insus, le 23 juin prochain pour un concert qui s’annonce, lui aussi, mémorable.

📷 : Cédric Jacquot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *