Lou Doillon – Lou Doillon en liberté

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Lou Doillon – Lou Doillon en liberté

©Patrice SaucourtÉtoiles

« On est ici, ensemble… On est libre et on fait ce que l’on veut… » Ce vendredi soir, à L’Autre Canal, Lou Doillon a posé cette légèreté enivrante qui happe immédiatement le public tout en le baladant dans des contrées rock feutrées que l’artiste affectionne et qu’elle met en musique. Elle qui est venue accompagnée d’un « Good Man »… Cet homme bon prenant sur lui pour la laisser partir , telle une indomptable rugissant « Let me Go », cherchant un « nouveau point de départ », à la fois « ange et démon ». Le dernier opus de Lou Doillon trouvait sa place et atteignait se vitesse de croisière au moment de faire un crochet par l’album précédent. « Defiant » relevait le défi et les riffs nerveux et percutant de « So Still » rivalisaient avec l’étourdissant « Jealousy ».

« Worth Saving » lançait « Robin Miller » et permettait à Lou Doillon de crier tout son amour à ceux qui l’entourent  avant qu’ « I.C.U » ne mette une belle secousse à une assistance sous le charme. Quasi en lévitation, comme si le temps s’était arrêté pour une artiste lunaire prenant les jours comme ils viennent… « One Day after Other »… Profitant de chaque moment avant qu’il ne reste plus rien… « Nothing Left », « Ticket Line » et « Lay Low » prolongeaient l’épopée so british trouvant son point chute avec un rappel lancé par « Left Behind » avant que « Places » et « Weekender Baby » ne ferment le ban.

Boots dorées, jean skinny ajusté et chemisier cintré, Lou Doillon a laissé parler la génétique. A la fois libre, sauvage et indomptable jusqu’au bout de sa guitare, armée de cette patte de fer glissée dans un gant de velours, la fille de Jane Birkin, dans une scénographie soignée et épurée taillée sur mesure a fait mouche.

You may also like