Malik Bentalha – Interview

✏️ Yannick VERNINI 2 décembre 2015
Malik Bentalha – Interview

©LiazidÉtoiles

[Morceaux choisis]

A 25 ans, vous avez déjà une belle carrière. Avant de vous lancer, vous êtes passé par le cours Florent. Quel souvenir en gardez­-vous, d’autant que vous y êtes rentré à 18 ans ?

J’en garde un très mauvais souvenir, ce n’est pas exactement ce que je voulais faire. C’est une école de théâtre qui coûte très chère, je me rappelle avoir été dans le bureau de Florent pour demander une aide parce que j’étais passionné par ça. C’est ce que je voulais faire. Je savais qu’au sein de l’école, comme dans tous les milieux, il y avait des avantages pour certains élèves qu’il connaissait ; je suis allé le voir, je lui ai dit que j’avais envie qu’on m’aide, que c’était dur pour moi, que je ne voulais pas arrêter. Il ne m’a pas aidé. Je suis parti, j’ai accumulé plein de petits boulots. Je l’ai un peu en travers de la gorge mais je ne leur en veux pas, c’est comme ça, c’est la vie et ça m’a fait grandir

Du coup, dans la foulée, vous allez tester vos sketchs dans les cafés théâtres parisiens. Est­-ce que pour vous cela a été une sorte de renaissance ?

Totalement. Cela a été une renaissance dans le sens ou j’étais un peu perdu en quittant le cours Florent. J’ai rencontré un monsieur qui a été mon ange gardien, qui m’a aidé dès le début, C’est Alex Lutz. Grâce à lui, j’ai pu faire mes armes au Point­ Virgule, notamment.

Votre vie, votre carrière est jalonnée de belles rencontres. En 2010, c’est Jamel Debbouze que vous croisez, il vous repère sur une scène, vous intégrez le Jamel Comedy club, et vous faites ses premières parties. Comment s’est passée cette rencontre ?

J’ai joué dans son café­ théâtre le Comedy Club, j’ai fait ce que l’on appelle, dans le jargon, une scène ouverte. On a 5 minutes pour proposer ce que l’on sait faire : du slam, de la magie, du rap, des sketchs… Lors de mon passage, il était dans la salle, il est venu me dire qu’il avait aimé ce que j’avais fait.

 

You may also like