Malo’, tout simplement
Chronique Portrait

Malo’, tout simplement

A 23 ans, l’auteur compositeur joue déjà dans la cour des grands avec son opus « Be/Etre ».

Le 23 juin dernier, les 23.000 personnes qui avaient pris place dans l’amphithéâtre du Zénith de Nancy l’ont encore en mémoire. Alors qu’ils étaient venus pour Les Insus, ils ont pu découvrir un jeune artiste, bourré de talent… La tignasse au vent. En coulisses, avant d’affronter le public et de pénétrer dans l’arène, Malo’ et ses musiciens se sont pris dans les bras… Profitant ainsi de chaque instant, conscients de la chance qu’ils avaient. Et une fois sur scène, le jeune et longiligne autodidacte franco-australien faisait mouche. Son titre « I Believed », déjà sur les ondes, donnait des frissons à une assistance qui mettait enfin un visage sur le morceau. Un moment inoubliable pour Malo’ puisque ce 23 juin était également le jour de la sortie de son album « Be/Etre », quelques années après sa première expérience digitale avec « The Old Way » et ses seize titres.

Là, c’est un opus de douze pépites que dégaine l’auteur-compositeur-interprète qui se dévoile. Lui qui a à son actif des collaborations de haut vol avec des artistes comme Charlie Winston, Pierre Guimard de Lilly Wood and the Prick, Albin de la Simone ou encore Jean-Louis Aubert qui, d’ailleurs, interprète, en duo avec Malo’, « Qu’avons-nous fait ». Un morceau en français comme « La Colline » ou encore « Les Rêves »… Des virées musicales aux sonorités à la fois pop et rock dans lesquelles l’on retrouve, parfois, une certaine mélancolie touchante faisant frissonner, faisant le grand écart avec une pop résolument anglo-saxonne, réjouissante à souhait, comme sur « Let It Go » qui, d’entrée, harponne. « Where are you », « Won’t let you down », « Why », « Liberty » ou encore « Fall » s’inscrivent en toute logique dans cette lignée.

Malo’ a du vécu, des blessures, des peines… Lui qui a grandi en France avec son père avant de partir en Australie pour rejoindre sa mère. Deux cultures radicalement différentes que l’on retrouve avec ce titre, « Be/Etre », s’imposant comme un véritable tait d’union entre ces deux mondes… Un lien qu’incarne avec force Malo’ qui a décidé d’être lui-même. Tout simplement.

💿 Malo’, « Be/Etre », 13,99€

📷 : Cédric Jacquot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *