MARINA KAYE – INTERVIEW

✏️ Yannick VERNINI 1 avril 2018
MARINA KAYE – INTERVIEW

Vous êtes de retour… Vous avez survécu au tourbillon de votre première tournée et votre premier album ?

Tout simplement… C’est venu avec et je le savais très bien. Je ne suis pas quelqu’un qui se met beaucoup en avant dans les soirées ou ailleurs. Je suis vraiment là pour faire de la musique, je n’ai pas eu, franchement, une trop grosse pression.

Avez-vous pu en profiter quand même ?

Ah oui ! J’ai fait plein de dates de concerts. Entre 2014 et 2016, j’ai enchaîné des premières parties, ma propre tournée, plein de festivals… C’était génial !

Avez-vous trouvé le temps de souffler un peu ?

Oui, une fois la tournée achevée, j’ai pris deux-trois mois tranquilles. Puis je me suis remise au travail début janvier 2017, en fait.

Après un tel succès, aviez-vous des moments de doute, l’angoisse de faire moins bien ?

Bien sûr ! On se le dit tout le temps. Après, ça passe parce que l’on n’est pas seule, que l’on a des gens autour de nous qui nous rappellent qu’il n’y a pas besoin de se prendre trop la tête, que ça reste un métier formidable, qu’il faut faire ce que l’on a envie de faire, ce que l’on ressent sur le moment. C’est ça le plus important, donnez quelque chose aux gens auxquels on croit.

C’est une chose que vous avez toujours à l’esprit, lorsque vous travaillez sur vos albums ?

Oui, c’est primordial. Quand on fait une chanson, que l’on passe des heures en studio dessus, c’est la nôtre mais une fois sortie, elle est aux autres qui en font ce qu’ils veulent. S’ils l’aiment, c’est le meilleur des remerciements.

Vous revenez donc avec votre « Explicit Tour », qui est également le titre de votre album. Le terme « Explicit » a une signification particulière pour un deuxième opus ?

En fait, le premier aurait vraiment pu s’appeler comme ça. Tout simplement, c’était un nom vraiment évident avant d’avoir toutes les chansons et de penser à la tracklist. Dans ma vie, je suis hyper explicite, je raconte toujours des choses que j’ai vécues et mes chansons sont mes histoires personnelles.

Pour revenir à la tournée, la setlist a-t-elle été facile à construire ?

Sincèrement, ça n’a pas été très compliqué de la faire maintenant qu’il y a deux albums. Ce qui est bien, c’est que j’ai pu avoir une première expérience de tournée, voir ce qui marchait le mieux sur scène, ce qui marchait un peu moins bien, comment les gens réagissaient. Cela m’a donné une facilité pour faire ma setlist du coup, il y a une vingtaine de chansons maintenant.

Comment se présente la tournée ? Y a-t-il un petit trac malgré tout ?

Sincèrement, pour le moment, je ne ressens pas de trac. Je suis beaucoup plus zen qu’avant. Ça viendra peut-être le soir de la première. Je suis juste tranquille, heureuse de commencer les répétitions, c’est plutôt cool.

Vous avez également un œil du côté du cinéma. Est-ce quelque chose qui vous tient à cœur ?

Honnêtement, dans ma vie de tous les jours, je n’y pense jamais, contrairement à la musique à laquelle je pense toute la journée. Après, c’est clair que j’adore vraiment ça, je peux en dévorer une dizaine par jour. Je me connais, je suis faite pour la musique, il n’y a pas de doute. Le cinéma… Est-ce que je suis faite pour ça, est-ce que je pourrais bien le faire, être correcte à l’écran ? Je ne sais pas, je ne veux pas faire juste pour faire !

📷 : Frédéric Mercenier

You may also like

Laisse un message