Mika – Chronique

✏️ Yannick VERNINI 28 août 2016
Mika – Chronique

Étoiles

Après une belle tournée mondiale, l’artiste revient dans les bacs avec son live.

L’homme est comme ça, on ne le refera pas. Lorsqu’il se lance dans une nouvelle aventure, Mika ne le fait pas à moitié. Il s’investit sans compter, perfectionniste jusqu’au bout de ses Louboutin. Quand la production de The Voice est venue le chercher pour intégrer le jury, l’artiste a dit banco. Et a repéré un certain Kendji Girac. « The Voice, c’est un truc de dingue ! Et quand on croise quelqu’un comme Kendji, son histoire, son parcours, ce gosse qui a souffert de la discrimination à l’école, qui n’a pas été éduqué de la même manière que les autres, qui n’avait pas les mêmes chances, et qui se retrouve là, seul, à chanter… Je suis le seul à me retourner, lorsque j’entends le clash entre la musique pop française, sa culture et le son de sa voix ; Je ne savais pas s’il était vieux ou s’il était jeune. Et je prends ce risque… Je pense que c’était écrit. Je ne suis qu’une toute partie de son histoire », nous expliquait Mika dans un entretien l’été dernier.

Cette différence, il a continué à la cultiver. Sur scène notamment… Évidemment… Son concert à Nancy, en octobre 2015, dans un Zénith bondé, a impressionné, fait frissonner un public enivré qui en a pris plein les yeux.

La suite logique à tout ça ? Le coffret sorti à la fin du mois de mai. « Sinfonia Pop », avec ses deux CD et son DVD, le coffret envoie du lourd. Entouré d’un orchestre symphonique, Mika, qui a une formation classique, est accompagné de seize choristes et soixante-cinq musiciens dirigés par le chef d’orchestre Simon Leclerc. Et livre un grand et inoubliable moment pop-classique, filmé dans le décor néoclassique du Théâtre Social, construit au XIXe siècle à Côme, en Italie. « Relax », « Boum Boum Boum », « Rain », « Grace Kelly », « Underwater », « Over my Shoulder » ou encore « Stardust », les grands tubes sont au rendez-vous et font bon ménage avec ceux de son dernier opus studio, « No Place in Heaven ». Les arrangements classiques subliment une setlist dense… La pop symphonique de l’inclassable Mika emporte tout et fait mouche. Une fois encore.

You may also like