Nicolas Marsicano – Du Zénith de Nancy au Comedia

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Nicolas Marsicano – Du Zénith de Nancy au Comedia

©Frédéric MercenierÉtoiles

Alors qu’il a fêté ses 20 années d’existence en 2013, le Zénith de Nancy va connaître le départ de son second directeur. Seulement ! Une stabilité qui n’est pas étrangère à la sérénité dégagée par l’exploitant. Mais pas que. En 2009, succédant à l’emblématique Claude-Jean « Tito » Antoine, Nicolas Marsicano relevait alors un sacré défi, puisque la salle nancéienne sortait d’un an de fermeture pour travaux, la privant de toute programmation.

Pas de quoi effrayer, en tout cas, celui qui a débuté sa carrière en 1986 sur Nostalgie où il avait en charge la promotion de la marque sur Metz ainsi que la planification des écrans publicitaires. Et ce, durant trois années. Le début, en fait, d’une belle carrière au cours de laquelle ses connaissances, son humanisme et son exigence ne feront que confirmer son attachement à des valeurs humaines avec lesquelles il ne transige pas. Notamment sur Maxximum, de 1990 à 1991, où Nicolas Marsicano est propulsé responsable d’antenne. Une petite année avant qu’il ne rejoigne, pour deux ans, le groupe NRJ – et avec Chérie FM et Nostalgie ­ où il revenait à ses premières amours avec la conception et la réalisation de messages publicitaires. Toujours à la recherche de nouveaux challenges, il restait dans cette grande maison mais y endossait un nouveau costume. Taille patron, cette fois, puisqu’il prenait en charge la responsabilité régionale de la promotion. Délocalisation d’antenne, opérations de partenariats et sponsorings avec Nancy, Metz, Thionville ou encore Verdun, l’homme devient vite incontournable. Et densifie un réseau professionnel à en faire pâlir plus d’un ! Avant de convaincre les boss d’NRJ de le nommer à la tête des antennes des régions Alsace, Lorraine et Champagne­Ardenne.

Cinquante dates par an

On est en 2000 et les choses s’enchaînent toujours rapidement. Et s’accélèrent en 2003 avec NRJ Events. Outre le recrutement, la formation et le management d’une équipe, Nicolas Marsicano met en musique des événements de taille avec des barnums comme les NRJ Music Awards, le NRJ Music Tour, le Chérie Live FM, des concerts privés… Une nouvelle corde à un arc déjà bien tendu qui, en 2007, l’installera à la tête de l’antenne de Chérie FM. Communication, promotion, supervision artistique, mise en place et suivi des émissions nationales et locales, coordination de la régie publicitaire… Le boss a un œil sur tout, un avis sur tout et garde un regard bienveillant sur ses soixante­dix collaborateurs jusqu’en mars 2009.

Une année qui marquera un tournant dans son incroyable parcours puisque c’est là qu’il intègre le groupe Véga qui a, entre autres, la délégation de service public du Zénith de Nancy. Si l’endroit paraît froid et métallique, son nouveau patron va y poser sa chaleur humaine et apporter un projet. Celui de relancer une machine tournant alors au ralenti. Six ans plus tard, un espace VIP a vu le jour, l’évacuation problématique du parking a été revue et la programmation a retrouvé un rythme de croisière de 45 à 50 dates annuelles.

Pas suffisant pour que Nicolas Marsicano ne se laisse bercer par des flots pourtant confortables. Laissant ainsi un équipage aguerri et un navire avec le vent en poupe pour voguer vers d’autres contrées… Paris, en l’occurrence. Cette capitale qu’il affectionne tant et où il va relever un nouveau défi. Et pas des moindres puisqu’il va prendre les rênes du Comedia, une des dernières acquisitions de Fimalac, maison­mère de Véga, et qui nécessite une sérieuse reprise en main.

Un challenge à la hauteur de cet homme à la gouaille inépuisable, déambulant, radio au pantalon, dans un Zénith qu’il connaît comme le fond de sa poche. Une salle nancéienne à laquelle il a su donner une âme.

 

 

You may also like