Patricia, la fille de l’Est
Live Report

Patricia, la fille de l’Est

L’attente des 1.600 personnes ayant pris place dans les travées du Zénith de Nancy était grande… Tous attendaient leur Mademoiselle chantant le blues. Ce blues que Patricia Kaas a laissé derrière elle. De retour avec un nouvel album éponyme, la Lorraine, entrée en scène dans une robe du soir noire, perchée sur ses talons, a envoûté une assistance conquise. Celle qui parle « cette langue qui raconte la mine » est venue avec une fabuleuse énergie chevillée au corps… Et un show lumineux, musclé, dans lequel le rock a trouvé sa place et où le clavier semble parfois tenir tête aux percussions. Ce spectacle, « qui ressemble à la femme que je suis devenue », a également propulsé sur le devant de la scène les musiciens que Patricia Kaas a décidé de mettre en valeur avec ses tubes revisités, réarrangés pour la tournée… « Kennedy Rose » a ricoché et « Madame tout le Monde » n’a toujours besoin de personne. Quant « Aux Hommes qui passent », ce mercredi soir, ils l’ont fait « Entrer dans la lumière ». Cette lumière calibrée au millimètre près pour un concert dense, équilibré et musical. Le public n’en a pas perdu une miette, l’a « laissé chanter pour ceux qui n’ont plus rien »… Et après une « Semaine à New York », son « Mec à elle » est revenu lui parler d’aventure sur des sonorités made in US. Mais la fille de l’Est n’était jamais loin, « Adele » non plus, du reste. Et lorsque Mademoiselle s’est remise à chanter le blues dans une incroyable version où le rock, le blues et les accords jazzy, sans trahir l’ADN du morceau, ont fait des étincelles, la salle nancéienne a frissonné de plaisir… « D’Allemagne » fermait alors le ban dans un moment de pure grâce.

📷 : Patrice Saucourt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *