Plaza Francia – Interview

✏️ Yannick VERNINI 2 décembre 2015
Plaza Francia – Interview

©Renaud CorlouerÉtoiles

[Morceaux choisis]

Après deux albums solos, Catherine Ringer revient avec deux des membres de Gotan Project.

Chacune de vos apparitions est un événement. Comment l’expliquez-­vous et surtout quel effet cela vous fait ?

En fait, je ne l’explique pas… Quant à l’effet que cela me fait, je suis heureuse d’être suivie par le public et en même temps, on sait qu’il faut faire des choses de qualité aussi, sinon on n’est plus aimé !

Après les Rita Mitsouko, vous avez sorti deux albums solos. Comment s’est passée cette « remise » au travail ?

Au début, il n’y avait rien du tout. J’étais plutôt dans la peine… Et puis en même temps, je sentais qu’il fallait que je continue. J’ai ainsi été aidée par mon producteur et comme ça commençait à bien sortir, j’ai senti qu’il fallait que je continue… Que Fred aurait été content que je continue.

Dans cette suite de carrière justement, vous avez croisé la route d’Eduardo Makaroff et Christoph H. Muller. Comment s’est passée cette rencontre ?

Ils cherchaient une chanteuse pour chanter leurs chansons tango-­électro. Ils avaient envie d’une chanteuse qui vienne plutôt de la pop, du rock ou du rythm’n’blues et qui ne soit pas une chanteuse de tango. En plus, comme ils sont basés à Paris, ils m’ont proposé de chanter une ou deux chansons sur un disque sur lequel, au départ, devaient figurer beaucoup de chanteuses. Et comme ça s’est très bien passé, ils se sont dit « Tiens, on va lui proposer de faire tout. » Et moi, j’ai interrompu l’écriture de l’album que j’étais en train de faire en me disant « je vais faire d’autres choses ». Et puis j’aime bien faire l’interprète… J’aime l’aventure, le voyage musical, le tango et j’aime chanter dans d’autres langues.

 

 

You may also like