Réphaël – Interview

✏️ Yannick VERNINI 27 novembre 2016
Réphaël – Interview

Après un passage par The Voice et la Music Academy International de Nancy, l’artiste poursuit son essor avec son premier EP.

À 24 piges, Réphaël trace sa route. La tête bien ancrée sur ses épaules et sa guitare qui n’est jamais très loin. Né à Paris, il a grandi à Montpellier avant de débarquer, il y a deux ans, à Nancy, son « petit coin de paradis… J’adore cette ville ! » Durant deux années, l’artiste suit le cursus « Chant » de la Music Academy International (MAI). « En fait, j’hésitais entre plusieurs cursus et j’ai pris le chant suite à une audition. » Parmi ses profs, il croisera notamment Angie Berthias-Cazaux, coach vocal sur The Voice, le programme phare de TF1. Programme auquel il a d’ailleurs pris part lors de la dernière saison, poussé par un certain Bruno Berberes, dénicheur de talents et directeur de casting incontournable officiant à la MAI, et par Jean-Pierre « Barney » Douche, le boss de l’école nancéienne. « Je l’ai fait… Mais je n’étais pas prêt pour le show. J’avais le niveau de performance requis mais je n’étais pas prêt à me produire sur un plateau de télévision, devant un tel jury et des millions de téléspectateurs ! Je suis vite parti de l’aventure mais cela m’a été utile. Ils ont été sympas en expliquant que je débarquais sans expérience, à la différence de Slimane qui en avait déjà beaucoup. Je savais que j’avais le potentiel, j’ai continué à travailler. J’ai bien vécu The Voice, c’était le bon timing pour une petite aventure, mais pas pour une grande. Si je devais la refaire aujourd’hui, ce ne serait pas la même », analyse le jeune homme.

« Maintenant, j’ai besoin de faire de la scène… Et de me trouver »

Muni d’un solide réseau de contacts que la MAI lui a permis de se constituer, Réphaël a désormais toutes les cartes en main. « J’y ai pris ce qu’il y avait à prendre. Je pense que pour suivre un cursus à la MAI, il faut avoir un certain stade de maturité musicale et dans la vie, pour en extraire l’essentiel et la substance qui nous fera progresser. Là, j’ai pu consacrer une année entière de ma vie à la musique, c’était génial ! Maintenant, j’ai besoin de faire de la scène… Et de me trouver. »

Pour cela, Réphaël bosse sur son EP, qui va prendre vie grâce à un financement participatif bouclé avec succès et qui devrait sortir pour la fin de l’année-début 2017. L’auteur, compositeur et interprète a trouvé un label indépendant, le projet prend forme. « Je ne voulais pas bosser avec une major. Je veux être libre pour pouvoir montrer ce dont je suis capable mais aussi d’autres choses dont je n’avais pas conscience. Je travaille avec des personnes incroyables qui me permettent de poursuivre mon développement artistique, de me révéler. Elles sont convaincues par mon univers, c’est vraiment super. »

Son univers, justement, se retrouvera sur cet EP où ses influences trouveront leur place. « J’adore le blues… Tout ce courant venant des chants… de coton. Le negro-spiritual et les complaintes des esclaves. C’est vraiment ce qui m’a inspiré sur cet EP. J’ai également pris un risque en écrivant des morceaux en français avec, certes, une pointe d’anglais, pour certains refrains par exemple. Mais je n’ai pas mis de l’anglais juste parce qu’il faut en mettre dans des chansons. J’en ai mis parce que cela s’y prêtait, que cela avait un sens ! »

L’aventure se poursuit donc pour ce Nancéien d’adoption qui a cependant un regret… « Je sais qu’à un moment ou un autre, il faudra que je quitte Nancy… » Où il sera toujours le bienvenu !

You may also like

Laisse un message