Slimane met les choses au point

✏️ Yannick VERNINI 1 avril 2018
Slimane met les choses au point

Avec son deuxième album, « Solune », l’artiste se livre et décoche quelques vérités.

En ouverture de son deuxième opus, « Solune », Slimane recadre les choses. « Voici les mots qui ont failli mourir avant de naître/Il paraît que j’ai vendu mon âme et pleurniché mais faut pas… ». Ou encore : « J’aime, raconter mes peines mais je ne pense pas que je suis faible/Quand je suis à terre, je relève la tête, moi »… « Heureusement, j’avais quelques amis/Mounir, grâce à toi j’ai mangé alors merci »… Celui qui a remporté la saison 5 de The Voice envoie, d’entrée de jeu, un slam rageur qu’il a signé de sa plume et dans lequel « à tous, (il) demande pardon ». « Cet album est pour vous ! », assène-t-il dans un final puissant.

Dans la foulée, « Viens, on s’aime », qui tourne en boucle sur les ondes, ramène dans un espace-temps plus léger, même si, là aussi, Slimane rugit… Dix-sept titres originaux jalonnent ainsi son deuxième opus dans lequel de nombreuses sonorités s’entrechoquent. Qu’elles soient electro, hip-hop, pop, orientales… L’éclectisme est au rendez-vous et est mis au service de textes sans concession, envoyés par cette voix, parfois légèrement cassée, devenue une véritable marque de fabrique. Que ce soit dans « J’en suis là » ou encore dans « Les Amis », interprétée en guitare-voix, où il rend hommage à ses proches. Des proches qui l’ont toujours suivi, soutenu… Avec qui il aime se retrouver en se disant que rien n’a changé… Et pourtant, la vie a bien changé pour celui qui remplit les salles de concert, transformant en événement chacune de ses dates. Lui qui a choisi les productions Cornolti, basées à Montauville, en Meurthe-et-Moselle, pour s’occuper de sa carrière. Même si, à son âme sœur, il se dit « Désolé », « Quand je serai grand » fait le bonheur de cette maman si chère à son cœur et « Papa Héros » salue ce père qui s’est « saigné pour qu’on manque de rien ». Ainsi, au détour d’un duo avec Camille Lellouche sur « Si on est deux », Slimane déroule… « L’Absence », signée Lucie Bernardoni, tape du poing sur la table… Celui qui « veut être vieux » rend, en guise de final, un vibrant hommage à Johnny Hallyday en reprenant le frissonnant « Marie »… La messe est dite. Slimane construit ainsi tranquillement sa carrière, sans brûler les étapes et confirme qu’il faudra dorénavant bel et bien compter avec lui. « Solune » montre au grand public toute l’étendue de son talent qui n’a pas fini de surprendre.

Slimane, « Solune », 13,99 €.

You may also like

Laisse un message