Stéphane Agazzini quitte Le Hublot

✏️ Yannick VERNINI 17 décembre 2016
Stéphane Agazzini quitte Le Hublot

©Alexandre MarchiÉtoiles

Le boss de « la salle de concert la plus sympa de Nancy » part vivre de nouvelles aventures à Neufchâteau en tant que chargé de mission à la coordination et au développement de projets culturels.

Bon, comment on s’organise ? » Tous les potes qui ont un jour franchi les portes du Hublot ont entendu cette phrase envoyée par son directeur, l’épicurien Stéphane Agazzini. Indécrottable fan d’Alain Barrière auquel il a d’ailleurs dédié un espace hors du temps dans la salle dont il a pris les rênes en 1999, année de son arrivée en tant que délégué culturel au sein du CROUS Nancy-Metz. Avec lui à la barre, cet îlot de liberté musicale, niché avenue de la Libération, en contrebas du restaurant universitaire Monbois, a pris son essor. Titulaire, notamment, d’un diplôme d’Etat Supérieur de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport, option direction de structure et de projet – Stéphane Agazzini va ainsi mettre son enthousiasme et ses compétences, teintés d’un humour à Bigard, au service des étudiants et, plus largement, des Nancéiens.

Et pour cela, il a suivi la mise en œuvre et la réhabilitation de la salle polyvalente en salle de concert dédiée aux musiques actuelles pour en faire « la salle de concerts la plus sympa de Nancy… ». Parole de Tito, président du NJP. Ce Vosgien pur souche, papa de deux fistons, ne s’est pas arrêté là. Initiateur et organisateur du festival « Autour du théâtre contemporain », l’expert auprès de la direction régionale de la Jeunesse et des Sports pour les diplômes professionnels de l’animation, assure, entre autres le suivi des projets d’animation des lieux de vie étudiante et, évidemment, la programmation de concerts.

Brigitte en 2009, Daniel Darc en 2012

Le quadragénaire, qui a toujours une pensée émue pour « Lina Rustom et Josée Bechet-Xilliox qui ont contribué au développement du Hublot », n’a pas chômé. Et a su faire de cette salle de 400 places une des scènes marquant les artistes de passage. De Soldat Louis à Elmer Food Beat, en passant par Irma, Giedre, Debout sur le Zinc, Julian Perretta ou encore AK 47 avec Bernie Bonvoisin, le leader de Trust, les artistes ne se faisaient pas prier pour venir s’y produire. Et lorsqu’on lui demande les concerts qui l’ont marqué, quatre ressortent : « Brigitte, le 1er octobre 2009, Richard Gotainer, le 10 mars 2011, Daniel Darc, le 12 octobre 2012, quelques mois avant sa mort, et la Rue Ketanou, le 14 juin 2013. » Des dates où la fête était toujours au rendez-vous.

Stéphane Agazzini baisse le rideau… Sans que l’on sache ce qu’il va advenir du Hublot, aucun successeur n’ayant été, visiblement, nommé. Quoi qu’il en soit, une page se tourne…

You may also like

Laisse un message