Stéphane Guillon – Stéphane conforme à Guillon

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Stéphane Guillon – Stéphane conforme à Guillon

©Patrice SaucourtÉtoiles

Il paraît qu’on ne peut plus rien dire. Qu’on ne peut plus rire de tout. C’est le constat avancé par Stéphane Guillon de passage ce mardi soir, à Poirel, avec son dernier spectacle « Certifié Conforme ». Un one-man-show, du coup, annoncé comme étant un peu « couille molle » par son auteur… On en était loin, et c’est tant mieux ! Le lancement revenant sur l’élection de François Hollande en ce mois de mai 2012 campait le décor… Guillon le sniper allait tirer à vue, reconnaissant, au passage, « s’être trompé », lui le « traqueur de priapisme chez les politiques »… Finalement, on « est tous des Trierweiler » ! Un président, véritable « Kennedy d’opérette » qui, sans « Charlie serait à moins 20% d’opinions favorables », alimentant un bêtisier déjà bien garni et expédiant en thérapie les déçus du socialisme aux « Hollandais anonymes ». Ces gens normaux de gauche avouant des pulsions de droite et faisant de « l’Eurostar le RER du showbiz ».

De quoi, donc, combler un Stéphane Guillon « privé de son jouet après cinq années de bonheur » avec Sarkozy, et pour qui les affaires reprennent. Avec cet inépuisable monde politique affligeant mais aussi avec les religions et ses prophètes qu’ils vannent sans avoir l’air… Comme les terroristes de Daesh où il y a « un neurone pour mille combattants », lui faisant craindre le pire, au cas où cela se passerait mal : « Mourir en suppliant Hollande » ! Et après une visite chez le médecin pour l’hyperactivité d’un rejeton fasciné par « Copé, Balkany et Cahuzac », c’est une France gouvernée par le Front national, et ses « immigrés labellisés » que le voyage se poursuit… Cinq ans, « ce n’est rien… », au final, « c’est comme la Tour de la Terreur de Disney, on la fait qu’une fois » ! Mais la vision que Stéphane Guillon a de la France va même plus loin… En 2057, pour le jubilé d’un Nicolas Sarkozy gâteux, échangeant avec son infirmière étrangère et recevant la visite de sa « vieillie copine Nadine tout droit sortie de l’hospice de Toul… On l’a arrangé un peu, les gosses du gardien ont cru que c’était Halloween ! »

Le mariage pour tous et les joies des familles recomposées déboulaient alors. « Chez les Guillon, avec sept enfants, on est au top ! » Les familles « normales ? On les repères aux kermesses des écoles, c’est ceux qui s’engueulent ! » Comme ces couples Twitter, du reste, qui font « l’amour en 140 va-et-vient ». Et après un tacle assassin sur Lilian Thuram et une conversation, L’humoriste  dégoupillait ses dernières grenades. La fin de vie et des parents Humbert à la fois touchants et pathétiques marquaient les esprits. L’heure pour Stéphane Guillon de se souvenir de ses débuts au Vertigo, il y a 20 ans, à Nancy. Avant de rendre un dernier et inévitable hommage à sa vieille copine Nadine, en imitant un Guy Bedos plus vrai que nature. « On peut y aller sans que ça nous coûte un sou… » Guillon se lâchait et ponctuait son envolée par une citation de son vieux pote Poelvoorde : « Va ch… dans la Meuse, on verra ton c… ! » La messe était dite, merci pour ce moment !

 

You may also like