Stéphane Rousseau – Stéphane Rousseau tel quel

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Stéphane Rousseau – Stéphane Rousseau tel quel

©Patrice Saucourt

Étoiles

Certains débarquent sur la scène du Zénith avec leur guéridon et leur bouteille d’eau minérale pre­mier prix. Ça, Stéphane Rousseau ne sait pas faire. Et pour cause. Un mur de lumière, une batterie un clavier, le décor annonce la couleur.

En show-man qu’il est, le Québécois va faire parler ses talents. « Je suis content de me retrouver dans un petit boui­ boui, dans une ville authentique… Comme moi ! » Le crooner prenait alors possession de la scène avant de faire un état des lieux. « J’ai vieilli… Quand je tire la peau du me ton, elle revient moins vite et mes tatouages ont changé de place et de couleur… » Même pour un Stéphane Rousseau à l’énergie débordante. Qui devient touchant lorsqu’il rend hommage à sa « mamie décédée à 97 ans, qui sniffait des rails de cocaïne sur l’arrière­ train d’un strip­teaser ! »

Sa femme de ménage allergique à la poussière entrait alors sous les projecteurs avant la chanson sur ses « qualités de m… » et sa rencontre avec les taxis parisiens, leurs tapis de billes sur les sièges de la voiture et leur sens de l’accueil. Un humour grinçant à peine édulcoré lorsque Stéphane Rousseau parle de son fils qui va aller à l’école et de sa femme, jeune et fougueuse « comme un petit poney », avec son détecteur de « rouge à lèvres ». Les filles, la drague, le temps qui passe, la grossesse, les végétaliens qui « mangent le placenta en famille… C’est comme une calzone chaude et pas cuite », les bons côtés du célibat… L’humoriste canadien n’a rien oublié dans cet inventaire rafraîchissant. Un Stéphane Rousseau au naturel, sans chichi, qui n’a pas pu s’empê­ cher de finir en chanson tout en faisant le tour des gradins du Zénith de Nancy… En attendant de déambuler dans ceux du Galaxie le 12 mars prochain. Le Québécois aime la Lorraine et elle le lui rend bien !

 

You may also like