Tarek Boudali – Interview

✏️ Yannick VERNINI 27 août 2017
Tarek Boudali – Interview

« L’humour est là pour rassembler, pas pour diviser »

Entretien avec Tarek Boudali qui sera ce lundi à l’UGC Ciné-Cité de Ludres, pour présenter, en avant-première, son premier film, « Epouse-moi mon Pote ».

Tarek, vous derrière la caméra, Philippe Lacheau devant… Avec ce film on assiste au switch entre les deux potes. Est-ce que cela s’est fait naturellement et est-ce que cela a été simple ?

Globalement, chaque fois que l’on fait un film, lorsqu’il y a le mot « action », on est très carrés. C’est vrai que, souvent, les gens nous disent « vous devez vous éclater à chaque prise »... Entre les prises, oui, mais une fois que « action » résonne, on redevient des pros. Après, j’ai un défaut, à chaque fois qu’il y en a un qui bafouille, j’explose de rire ! Il a des séquences où Philippe et Julien (Arruti) bafouillent, notamment, et là, je suis irrécupérable. Il faut attendre quatre-cinq prises avant que je reprenne mon sérieux.

Pour rester sur Philippe Lacheau, on a le sentiment que, libéré des contraintes de la réalisation, il s’est totalement lâché et qu’il a pleinement profité d’être simplement acteur…

Exactement. Je lui ai dit, parce qu’on se dit les choses honnêtement, « sur tous les films que l’on a fait, tu n’as jamais aussi bien joué » ! Il n’avait pas à se concentrer sur la réalisation ou encore les problèmes techniques. Du coup, comme vous le dites, il s’est lâché. Là, sincèrement, il excelle, il me fait mourir de rire !

On retrouve aussi Julien Arruti dans des scènes irrésistibles mais qui, pourtant, auraient pu ne pas figurer dans l’histoire… Il apparaît et disparait au fil du film et à chaque fois, il fait mouche !

On ne rajoute pas de personnage juste pour faire plaisir aux copains. Si on le fait, ça va plus desservir l’histoire qu’autre chose. A la base, quand j’ai écrit le scénario, il y a avait deux personnages principaux – Philippe et moi – et après, naturellement, il y a eu ce rôle de l’aveugle. Et Julien, j’avais envie qu’il joue et même si c’est un petit rôle, je lui ai proposé et il a immédiatement accepté ! Pour moi, même si c’est un petit rôle, il fallait que ce soit un rôle marquant.

Pour revenir à l’histoire, à quel moment le thème – un mariage blanc entre deux hommes – vous est venu ? Et surtout, comment s’est passé la mise en scène avec ce sujet qui peut vite faire basculer le film dans les clichés même si l’on sait que, quelque part, les clichés font rire les gens. Ça a dû être un véritable exercice d’équilibriste pour vous…

C’est vrai… A la base, j’ai eu l’idée à l’époque où la loi du Mariage pour tous a été votée. Là, je me suis dit, je ne sais pas pourquoi, « ça donnera plus de possibilités aux gens qui n’ont pas de papiers d’en obtenir avec un mariage blanc entre deux personnes du même sexe ». Et je me suis demandé si j’étais sans papiers, est-ce que j’aurais fait ça ? Oui, je l’aurais fait… Pourquoi je ne l’aurais pas fait ? Du coup, l’idée m’est venue comme ça, en me disant, ensuite, que cela pourrait faire une comédie. Après, effectivement, s’agissant de l’exercice d’équilibriste, pour moi il était important de ne blesser personne. Je ne voulais pas blesser la communauté gay, les sans-papiers… A chaque fois que l’on fait un film, ce sont toujours des long-métrages qui sont bienveillants, qui font rire les gens et qui rassemble les gens dans une salle de cinéma pour les faire rire aux mêmes vannes. L’humour est là pour rassembler, pas pour diviser. Alors oui, effectivement, il y a quelques clichés au début parce que oui, ça peut faire rire… Mais c’est à travers deux personnages qui sont naïfs, qui ne connaissent pas du tout le « monde gay » et qui, au final, vont évoluer au sein de ce monde et avoir une autre vision de ce « milieu ».

S’agissant des personnages, on retrouve Charlotte Gabris qui est « montée en grade » depuis « Babysitting 1 » où elle campait une réceptionniste au langage coloré. Là, on découvre une autre Charlotte Gabris…

Effectivement, dans « Babysitting 1 » elle avait un petit rôle mais qui était marquant avec ses répliques fortes ! Ça fait quelques années que l’on se connaît avec Charlotte et au fil des tournages, je vois le potentiel qu’elle a. Je savais que je pouvais lui proposer et l’entraîner dans autre chose. Elle a quelque chose en elle de très touchant et très sincère. C’était vraiment important pour moi de montrer aux gens une autre palette de jeu qu’elle a en elle… C’est une très bonne comédienne, elle ira très loin. Quand elle a lu le scénario, elle a tout de suite dit oui.

On l’imagine d’ailleurs très bien dans un rôle dramatique…

Exactement… Et je pense qu’elle en fera, elle a le talent pour.

On découvre également Nadège Dabrowski, alias Andy, la youtubeuse. A quel moment avez-vous décidé que le rôle serait pour elle ?

Pour être tout à fait honnête, Andy, je ne la connaissais pas trop avant de la rencontrer pour mon film. Je cherchais une fille correspondant au rôle. Après, je ne suis pas dans ce système où l’on se dit qu’il faut forcément quelqu’un de connu et qui a de l’expérience dans le cinéma pour être dans mon film. Avec Fifi et Julien, depuis que l’on fait de la télé, on a toujours voulu faire du cinéma. Et on se disait « pourquoi on ne nous laisse pas de chance » ? Après, je peux comprendre, les gens se disent qu’ils ne sont pas assez connus et que ça va ramener moins de monde au cinéma… Et moi, je veux montrer que, connus ou pas, des comédiens peuvent parfaitement correspondre à certains rôles… Ils peuvent exceller et être révélés au grand public. Je cherchais la comédienne qui allait jouer le duo avec moi et un jour, les producteurs m’ont parlé d’Andy. Je suis allé voir ce qu’elle faisait, ses vidéos. Je l’ai trouvée très marrante, très fraîche et très jolie… On s’est rencontrés, ça a matché tout de suite. Dès les premières séances de travail, j’ai su et vu que c’était elle qui devait jouer le rôle.

Quelque part, vous avez réussi à « décloisonner » le web et le cinéma… Un bel exploit quand on sait combien il est difficile, en France, de sortir les gens des cases dans lesquelles ils sont… Et là, Andy se pose en révélation du film…

Oui, c’est vrai, le terme révélation est complètement justifié, même si elle ne s’en rend pas compte ! Je n’aime pas, en effet, ces « cloisons », j’ai envie de les briser. Je ne sais pas si je l’ai fait inconsciemment… Si on me dit que ça a marché, tant mieux. Andy, on n’a pas l’impression que c’est son premier film et comme Charlotte, elle ira très loin !

Pour conclure Tarek, d’où vient La Pompe ?

(Rires) D’où vient La Pompe ? En fait, j’étais une fois en Turquie avec un pote à moi et un proxénète l’arrête dans la rue et lui dit : « Tu veux une pute ? » Et il lui répond spontanément : « Non merci, ça va aller ! » J’ai trouvé sa réponse très drôle. Et un jour, j’ai repensé à ça, et je me suis dit pourquoi un mec ne viendrait pas me voir en boîte et me dirait « tu veux que je te suce ? » et je lui répondrais « non merci, c’est gentil, ça va aller ! » C’est parti de ça. Puis je me suis dit que ce personnage était drôle et qu’il pouvait être également touchant… On a décidé de le mettre quelque fois dans la boîte. Celui qui joue le rôle s’appelle Pascal Boisson et il fait partie de la Bande à Fifi, même c’est vrai qu’on le voit un peu moins. Une fois encore, c’est l’exemple type, on ne rajoute pas un rôle pour faire plaisir … Sinon ça ne collerait pas au scénario. Pascal est également dans « Babysitting 1 », dans « Alibi.com » et là, dans mon film…

… Où, du coup, on le voit plus !

Oui, ça c’est sûr ! (rires)

« Épouse-moi mon Pote », en avant-première à l’UGC Ciné-Cité ce lundi, à 20h15, en présence de Tarek Boudali.

 

📷 : Hassen Brahiti

You may also like

Laisse un message