Texas on board
Chronique

Texas on board

Les Écossais sont enfin de retour avec leur neuvième album.

Et dire que l’on a bien failli ne plus les revoir… On est en septembre 2009, durant le break souhaité par le groupe, durant lequel son emblématique leader Sharleen Spiteri prend le temps de sortir un album solo. Le guitariste et fondateur de Texas, Ally McErlaine, est victime d’une rupture d’anévrisme. Ses chances de survie ? Elles sont estimées à 20 %… Un pronostic pessimiste que défiera le musicien qui se remet sur pied. Mais voilà. Ni l’hypnotique Sharleen ni le bassiste Johnny McElhone ne s’attendaient à tel miracle… Voir leur pote de longue date sortir vainqueur de ce combat pourtant inégal. Et pour couronner le tout, c’est lui qui sera à la remise en route de cette formidable machine pop-rock, véritable à tubes, aux 40 millions d’albums écoulés.

À l’hôpital, guitare en main, Ally se remet à jouer et émet rapidement le souhait de partir en tournée ! L’album « The Conversation » sort et en 2013, la formation repart sur les routes à l’occasion de ses 25 ans en lançant une tournée qui passera, notamment, par le Zénith de Nancy à l’occasion du Nancy Jazz Pulsations qui fêtait, cette année-là, ses 40 ans. Une date mémorable attendue non seulement par les fans mais aussi par ceux ayant découvert, en cours de route, les tubes planétaires allant de « In Demand » à « Every Day now », en passant par « I don’t want a lover », « Black eyed boy » ou encore le furieux « Summer Son » et « Say what you want » qui ont fait rugir les 4.000 personnes présentes dans la salle nancéienne… Texas était bel et bien de retour !

Et le confirme cette année avec la sortie de son neuvième opus, « Jump on Board », dont le premier single « Let’s Work it Out » envoie un refrain symbolique : « Life’s too short, let’s work it out » – La vie est trop courte, trouvons une solution. Cette vie, la bande à Sharleen la croque plus que jamais à pleines dents, sans se poser de question. Un sentiment que l’on retrouve dans cet album où la pop et le rock font toujours aussi bon ménage et où une touche folk donne cette légèreté enivrante. Les mélodies filent, deviennent vite entêtantes comme « Tell that Girl », le sensuel « Can’t Control » ou encore « It was up to You » sur lequel l’on retrouve l’ADN des premiers morceaux du groupe. « Midnight » nous embarque pour un voyage nocturne alors que « Round the World » ponctue cet album taillé pour la scène et qui annonce, finalement, la couleur… Une tournée est déjà sur les rails, des dates étant déjà annoncées pour cet automne. En attendant les prochaines…

📷 : Tom Beard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *