The Avener – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
The Avener – Interview

Étoiles

[Morceaux choisis]

Rencontre avec Tristan Casara

A 6 ans tu apprends le piano, à 11 ans, le Conservatoire, à 18 ans, ton premier single… Tu n’as pas traîné !

C’est ça oui… C’est compliqué d’analysé un parcours. Ce je sais, c’est que j’ai eu le courage de m’enfermer, de faire des sacrifices dans ma jeunesse pour travailler, améliorer mon son. Quatre jours par semaine pour mes trois jours de DJ résident. Je dédiais donc tout mon temps libre à cette activité pour pouvoir, après, en vivre décemment, voyager et partager ma musique avec un grand nombre de gens. Un objectif que je me suis fixé très tôt, lorsque j’étais petit. Ça a pris du temps et là, je vis un rêve !

Un rêve qui a donné un sacré coup de boost à ta carrière !

Oui, c’est très agréable. C’est un aboutissement de tous ces efforts qui ont fini par payer. Du coup, c’est une opportunité en or. Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir vivre ce que je vis en ce moment. Je suis bien conscient de ça. Le soutien des médias et du public fait chaud au cœur, tous les voyants sont au vert… Il n’y a pas vraiment de mots dans le dictionnaire pour décrire ce que je vis en ce moment !

Malgré tout, tu continues à te produire dans les clubs alors que tu pourrais faire l’impasse…

Oui oui, j’ai fait dix ans de nuit dans les clubs en tant qu’invité ou résident, quasiment tous les week-ends de ma vie depuis ma majorité ! Et du coup, c’est vrai que j‘affectionne les clubs, l’endroit, l’énergie qui s’y trouve. C’est quelque chose dont j’aurais du mal à me passer. Après, d’un point de vue créatif et artistique, les festivals et les concerts sont beaucoup plus libres, plus tournés vers la musique et le contenu… Ce que je propose en fait. Du coup, les deux sont agréables. J’ai beaucoup d’affection pour l’activité de DJ en club et j’ai des projets en tant qu’artistes pour les concerts. En ce moment, c’est vrai que je mélange les deux.

You may also like