Un Zénith on the Rocks

✏️ Yannick VERNINI 27 novembre 2016
Un Zénith on the Rocks

©Cédric Jacquot

Étoiles

Les murs de la salle nancéienne vont vibrer pendant un certain temps. Il faut dire que la secousse qu’elle vient de se prendre n’est pas anodine. En accueillant, ce vendredi soir, Nancy on the Rocks, le Zénith a vu débouler les métalleux du secteur. Avec une affiche à faire pâlir plus d’un chevelu, le festival n’a pas laissé une seconde de répit à l’assistance. Avec Phazm en guise de mise en bouche, le ton était donné et repris dans la foulée par les furies suédoises de Thundermother, confirmant, au passage, tout le bien qui a pu être dit sur leur formation. Quant aux Finlandais de Lordi, on les a trouvés là où on les attendait. Effrayants et déjantés à souhait, les monstres scandinaves, vainqueurs de l’Eurovision il y a dix ans, ont pris possession des lieux. Une invasion cosmique à laquelle ont mis fin deux frangins… Deux boss du metal venus du Brésil et que certains attendaient depuis 20 ans. Derrière sa batterie, Iggor Cavalera mettait en marche cette incroyable machine à remonter le temps… Ce temps où, avec son frangin Max, que certains considèrent comme « le Bob Marley du metal », il écumait les scènes mondiales avec Sepultura. Ce vendredi soir, tel un vieux sage, ballottant son incroyable dreadlock dans tous les sens, Max a, une fois encore, prouvé que la simplicité reste une valeur sûre au moment de fêter les 20 ans du mythique « Return to Roots ». Valeur appartenant à la « galaxie métalleuse » dans laquelle Apocalyptica fait figure d’Ovni avec son batteur rageur poussant trois violoncellistes dans leurs derniers retranchements. Et ouvrant la voie à Children of Bodom et Pain pour le bouquet final… « Le Lac des Cygnes » qui prendra le relais ce samedi soir fera le grand écart !

You may also like

Laisse un message