Vianney – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Vianney – Interview

Jean-Marc Lumbrano Étoiles

[Morceaux choisis]

On vous a laissé il y un an, à Nancy, en première partie de Florent Pagny suivie de la sortie de votre premier album. Comment avez-vous gérer tous ces événements ?

C’est vrai tout s’est bien passé. Tout s’est fait naturellement et simplement. Il n’y a rien eu de trop soudain. J’ai eu le temps de voir les choses arriver. Je n’ai donc pas du tout vécu cela comme un bouleversement énorme. J’ai simplement géré ça avec les gens qui sont autour de moi.

Construire quelque chose patiemment mais sûrement… C’est finalement fidèle à votre image…

Oui, j’aime bien cette idée-là, en tout cas. Je trouve que ça a du sens faire comme ça, de ne rien brusquer. Et l’air de rien, on y est allé assez vite quand même.

Du coup, on va vu multiplier les apparitions sur scènes. Que retirez-vous de ces premières expériences ?

J’en retire, évidemment énormément de choses. Avec Florent Pagny, c’était trente dates, dans des salles blindées, avec quarante personnes qui travaillent dessus, avec des gens incroyables, et les musiciens, et les techniciens.… Humainement, ça a été la grosse découverte, avec beaucoup de bonheur. Et techniquement, j’ai énormément appris, reçu. C’était un challenge tous les soirs de jouer devant des gens qui ne m’attendaient pas et qui attendaient Florent. Ça a été une vraie formation accélérée à la scène.

You may also like