Ycare – Interview

✏️ Yannick VERNINI 1 décembre 2015
Ycare – Interview

Étoiles

[Morceaux choisis]

L’ancien pensionnaire de La Nouvelle Star a sorti son troisième album au printemps et parvient à se démarquer du télé-crochet. Rencontre avec un artiste 31 ans qui a la tête sur les épaules.

Libanais d’origine, Sénégalais de naissance et Français d’adoption… Un accident durant votre enfance… Vous avez eu une vie riche ! Comment êtes­-vous arrivé à la chanson ?

Eh ben par accident… Et au sens propre ! Je suis tombé en faisant du roller, à 17 ans, et je me suis retrouvé immobilisé. Je n’avais donc plus que ce hobby-­là d’adolescent et me suis retrouvé dans cette situation à ne pouvoir faire que ça. C’est ainsi que j’ai appris la musique. Après, j’ai fait mes études. Une fois celles-­ci achevées et le contrat vis­-à­-vis de mes parents rempli, j’ai pu essayer et m’y remettre.

Cette volonté d’honorer ce contrat moral vis-­à­-vis de vos parents semble très importante…

Oui, c’est exactement ça, un contrat moral. C’est vraiment par respect. Ce sont ces gens­ là qui m’ont éduqué, qui m’ont tout offert, notamment, venant du Sénégal, des études en France. Je n’étais pas venu ici pour chômer. Maintenant je les remercie parce que j’ai le beurre et l’argent du beurre. Je vis de ma passion et en même temps, j’ai mes diplômes qui sont, quelque part, une sécurité.

Est­-ce que l’on retrouve cette éducation dans vos créations ?

Je ne sais pas si elle transparaît mais je suis un mec de principes. Après, il est clair que dans mes premiers disques, j’étais un peu plus jeune, un peu plus fougueux. Je ne sais pas si j’ai acquis une certaine sagesse aujourd’hui mais j’essaie de faire cet effort là, de garder, même dans la douleur, dans des chansons tristes, une certaine pudeur, une morale.

 

You may also like