Zebda – Interview

✏️ Yannick VERNINI 5 décembre 2015
Zebda – Interview

©Thierry TestonÉtoiles

[Morceaux choisis]

Rencontre avec l’emblématique Magyd Cherfi.

Un quart de siècle que l’aventure Zebda a commencé. Est-ce que l’engagement et le militantisme sont toujours là ?

Il y a peut-être un peu plus d’humour et de distance dans notre engagement. En fonction des individus, il y a ceux qui ont plus ou moins de foi. Moi, par exemple, je ne peux pas dire que j’ai autant de fougue qu’il y a 25 ans. Je suis un peu plus désabusé. Je mets donc un peu plus d’humour dans ma manière d’intervenir dans le champ artistique.

Pourquoi êtes-vous désabusé ?

Quand on a 20 ans, que l’on part avec un grand idéal, on se dit que l’on va s’engager et que l’on va changer les choses. Puis on s’aperçoit qu’on ne va pas les changer tant que ça, il y a une espèce de sagesse qui s’impose à vous parce que les plus belles chansons du monde ne le changeront pas. C’est plus dans l’acte politique pur que les choses peuvent changer. Nous, on y a cru dans l’artistique alors qu’il faut peut-être y mettre un bémol.

Du coup, au sein du groupe, cette sagesse vous a-t-elle fait changer votre façon de travailler, de créer ?

Je ne me rends par compte. Quand on est dans l’acte de création, il y a comme une foi qui se réveille. C’est après que l’on relativise, quand on se dit « tiens, l’impact n’est pas celui escompté. En fait, à chaque fois, c’est un après-coup.

You may also like